Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mercredi 31 mars 2010

DLM, IN MEMORIAM


.
Les amateurs de littérature populaire se souviennent avec émotion des Editions DLM et de leur série « Héros ». Un petit ouvrage a été consacré dans cette collection à Dracula (Philippe Paygnard, 1995) qui, en un peu plus de 100 pages, fait un tour complet et agréable du sujet. Le roman fondateur, son auteur, les suites littéraires et cinématographiques, sans oublier le théâtre et les jeux vidéo. La mode est aujourd’hui aux « Bibles » et autres « Encyclopédies ». Mais nos amis de l’époque n’ont guère à rougir !
.

lundi 29 mars 2010

L'INVITE DE DRACULA


.
L’Invité de Dracula
(Bram Stoker, 1914) est une petite curiosité. Il s’agit en fait du premier chapitre du roman, amputé par les éditeurs anglais pour des raisons de longueur. Ce texte, réuni avec d’autres nouvelles, sera publié deux ans après la mort de Bram Stoker par sa veuve. Notons que certaines éditions de Dracula (Marabout par exemple) réintègrent ce texte à sa juste place.
Avant son escale à Budapest, Johnatan Harker s’est arrêté à Munich , à « l’hôtel des Quatre Saisons ». Il décide de faire une ballade et d’aller à la découverte d’un village abandonné au sujet duquel circulent de sombres légendes. Surpris par l’orage à la nuit tombante, il se réfugie dans le cimetière et pénètre dans le caveau d’une certaine Comtesse Dolingen de Gratz, en Styrie (clin l’œil à la Carmilla de Sheridan Le Fanu). Ce sera le premier contact de notre sollicitor avec une « non-morte » et une première rencontre avec un loup sympathique bigrement intéressé par…. son cou……. Il est vrai que nous sommes la nuit de la Walpurgis !
.

dimanche 28 mars 2010

SOCIETE PROTECTRICE DES MONSTRES



On reconnaît là la patte du nouveau consultant embauché par la Maison Rémy de Bastogne. Cette honorable société que vient de créer notre charcutier préféré augure de belles dégustations aux saveurs inédites !
Posted by Picasa

SABINE EST BIEN RENTREE A MONTAUBAN

Posted by Picasa

"ON THE SPOT"CHEZ REMY DE BASTOGNE



Le dimanche se termine par un petit "on the spot" au boudin.
Posted by Picasa

A LA MEMOIRE DU COMTE DRACULA


.
C’est en 1897 que paraît la première édition du Dracula de Bram Stoker (Archibald Constable & Company, Londres). Les éditions en toutes langues sont innombrables ; pour ma part, j’ai découvert ce chef-d’œuvre dans sa version française chez Marabout en 1963. Signalons également deux autres éditions intéressantes, celle chez Robert Laffont en 1989, dans l’anthologie Les Evadés des Ténèbres, et celle en 2009 chez Omnibus, dans le recueil Bram Stoker, Dracula et autres chefs-d’œuvre.
Il est toujours intéressant de revenir aux sources, et ma relecture récente (dans l’édition Omnibus) a été une véritable surprise. Le roman n’a pratiquement pas vieilli, et la magie opère toujours, faite d’une violence équivoque qui colle rapidement à la peau. Mon propos n’est pas de reprendre la trame de l’ouvrage, mais de proposer quelques notes prises à l’occasion de cette redécouverte.
° Géographie : Jonathan Harker pénètre en Roumanie (la Roumanie a été créée en 1878) par la Hongrie et fait escale à Bistritz (Bistrita). Nous sommes à l’extrême Nord de la Transylvanie. Il fait escale à l’hôtel de la « Couronne d’Or » qui existe toujours (Coroana de Aur), tourisme vampyrique oblige. A noter sous ce registre qu’a été ouvert un autre hôtel dans cette jolie petite cité, le « Castel Dracula » bien sûr. Notre clerc de notaire franchit ensuite le col de Borgo, situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Bistritz. Puis il rallie le château du Comte qui n’est pas identifié dans le récit. La tradition, notamment cinématographique, le localisera à Bran, à proximité de Brasov, ce qui est évidemment impossible (la distance entre Bistritz et Brasov est de 308 km.
° Gastronomie : elle a une faible place dans le récit, mais…… Lors de son escale à Budapest, Johnatan Harker déguste à l’Hôtel Royal du « Paprika hendl », un plat des Carpates fait de poulet aux piments. Au petit déjeuner, il calera son estomac avec de la « mamaglia », porridge à base de farine de maïs et des « impletata » ou aubergines farcies. A Bistritz, il découvrira le « steak du brigand », morceaux de lard, oignons et bœuf assaisonnés de poivre rouge, piqués sur de bâtonnets et rôtis à la flamme (ce plat est évidemment toujours à la carte du restaurant de l’hôtel aujourd’hui). Et pour faire passer le tout, il dégustera quelques verres de mediasch doré, « qui picote aimablement la langue ». On apprend par ailleurs que la table du Comte était somptueuse, mais on n’a pas d’autres détails qu’une « irrésistible odeur de poulet rôti », « une salade de fromage » et « une bouteille de vieux tokay ».
Histoire : il est intéressant de souligner que le nom de Vlad Tepes n’est jamais évoqué, mais force est d’admettre qu’on en est très proche…. Lors d’une soirée avec Harker, le Comte s’enflamme à propos de l’histoire de la Transylvanie et sur du rôle joué par sa famille, les « Szeklers », dans la lutte menée contre les envahisseurs, et notamment le peuple du Croissant. Il est même fait allusion à la trahison du frère de Vlad Tepes qui « vendit son peuple aux Turcs et fit peser, sur tous ses sujets, la honte de l’esclavage ».

Nous n’apprendrons hélas pas comment Vlad Tepes devint vampire. Mais quelques pistes nous sont fournies par l’érudit Van Helsing, qui de son côté disserte volontiers sur le personnage historique : "selon Arminius, les Dracula appartenaient à une grande et noble race, encore que, de temps à autre, certains d’entre eux eussent entretenus des rapports avec le Malin – s’il faut en croire les contemporains. Ils auraient appris des secrets infernaux à Solomance, parmi les montagnes qui dominent le lac d’Hermanstadt où le Diable estime détenir des droits sur un dixième de ses disciples. Les documents regorgent de mots comme « stregoica », sorcière, « ordog », satan et « pokol », enfer. Un manuscrit, même, parle du comte Dracula comme d’un « vampyr »"…………… Alors ? Un pacte avec le Diable ????
.

PATIENCE ONCLE VLAD



Dans 15 jours, nous sommes dans l'avion !!

(Merci à El Jice pour l'illustration mettant en scène la pauvre Audrey la Sorcière)
Posted by Picasa

mercredi 24 mars 2010

SON FREE NE MARCHE PLUS !!!!

Posted by Picasa

Une Sorcière angoissée

Posted by Picasa

LE GRAND LUNAIRE ET LA SORCIERE



C'était à Sorcellerie sur Seine.
Posted by Picasa

WILLY FAVRE A POITIERS



Oncle Mojo avait des nougats !!!
Posted by Picasa

PREMIERE DECISION A BASTOGNE


.
Le nouveau consultant propose ce mercredi, aux lycéens de l'Athénée Royale, une dégustation exceptionnelle !
.

UN NOUVEAU CONSULTANT A BASTOGNE


.
Pour répondre à une concurrence de plus en plus féroce, la Maison Rémy de Bastogne vient de recruter un consultant de haut vol !
.

dimanche 21 mars 2010

samedi 20 mars 2010

UNE ODEUR DE CRAME


.
Pour les participants à Sorcellerie sur Seine.

La brochure reprenant la conférence de Daniel Castille est disponible. Merci de me contacter en privé pour livraison.
.

ON INNOVE ENCORE A BASTOGNE



La Maison Rémy de Bastogne continue de nous surprendre ; elle offre à ses clients du week-end, avant une dégustation de légende, un brushing gratuit.

Bravo à nos amis belches !
Posted by Picasa

vendredi 19 mars 2010

O BERET BASQUE, Paris


.
10 - O Béret Basque (4 Bd de Denain, 75010 Paris, tél 01 48 78 33 51). Une adresse à retenir, si vous voulez éviter la platitude des brasseries de gare (ici, la Gare du Nord). Un authentique restaurant basque, avec ses sardines marinées au piment d’Espelette, ses œufs pochés à la piperade, ses tripes à la tomate et son gâteau basque, tiède et accompagné d’une confiture aux griottes. Le vin est du pays, comme il se doit !!!!
.