Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

samedi 31 décembre 2011

LE MAGAZINE DU BUGARACH

Un nouveau numéro du "Magazine" pour fêter l'an nouveau. Réclamez-le !

 A 20h48 Le 30/12/2011


Le 27ème numéro du Magazine vient de paraître, à l'aube d'une année nouvelle, avec son lot d'infos et de photos.
A la "Une" on peut y voir Zine, le personnage né en 2011 (et qui en aura suivi l'actualité), partir à Bugarach, pour échapper à "la fin du Monde".
Mais notre "Zine" qui n'est pas dupe aura vite fait de nous revenir à Carcassonne pour nous livrer tous ses secrets.
Bugarach, c'est bien, mais Carcassonne, c'est mieux, c'est chez elle et s'il doit y avoir en décembre 2012 "la Fin du Monde", elle sera encore mieux dans sa bonne ville, qu'avec quelques uluberlus sur le pic de Bugarach.
Et parbleu, il y a les élections présidentielles et les législatives. Elle a déjà sa petite idée sur la candidate de l'UMP, face au "Jean Claude".
Et puis, il y a bien d'autres événements en vue qu'il faudra qu'elle nous commente.
Alors, Zine revient vite. Ne te laisses pas embobiner par les illuminés de Bugarach.

Si vous souhaitez avoir au plus vite ce nouveau Magazine, allez le chercher à Chérie F.M ou dans les bistrots de la Place Carnot.

EXCELLENTE FIN DU MONDE MES AMIS


  • 2012, joyeuse fin du monde

    Mots clés : , , , ,
    Par Christophe Doré Publié Réactions (15
    Pour les Mayas, invoquant ici leur déesse de la fertilité, les cycles planétaires rythment l'évolution de l'humanité.
    Pour les Mayas, invoquant ici leur déesse de la fertilité, les cycles planétaires rythment l'évolution de l'humanité. Crédits photo : © Victor Ruiz / Reuters/REUTERS

    REPORTAGE - Livres, documentaires, textes mystérieux sur Internet livrant des prédictions mayas ou des prophéties sumériennes... l'Apocalypse sera l'un des rendez-vous majeurs de 2012.

    2012 sera-t-elle l'année de la crise et de la grande récession? De la fin de l'euro? De l'éclatement de l'Europe? Vous n'y êtes pas: ce que l'on nous promet en cette veille de (dernier) réveillon, c'est tout bonnement la fin du monde!
    Vous voulez un indice? Près des bords de la Tamise, ils sont une centaine à faire la queue dans le froid humide de l'hiver londonien. Alors que la majorité des touristes courent les boutiques dans l'espoir de trouver la bonne affaire chez Harrod's, eux, l'air grave, attendent l'ouverture des portes devant la Tate Britain. Juste au-dessus de leur tête se découpe en grandes lettres violettes l'intitulé de l'exposition en cours: «Apocalypse». En fond émerge le chaos d'un tableau de John Martin. Artiste controversé du XIXe siècle, il consacra une grande partie de son temps à peindre des scènes de fin du monde. Cataclysmes bibliques, destruction de Sodome et Gomorrhe, déluges, éruptions, tremblements de terre et orages apocalyptiques, rien n'échappait aux pinceaux vengeurs de John Martin. Ce maître de la peinture catastrophe, moqué par la critique, rencontra un grand succès populaire. Avec un opportunisme à peine voilé, la Tate Britain a décidé de le remettre au goût du jour. «Apocalypse is coming», titre la vidéo promotionnelle de l'exposition, qui enregistre des records d'entrées pour un peintre tout de même assez mineur.

    Le peintre John Martin a imaginé la fin du monde. (Crédits photo: TATE)
    Le peintre John Martin a imaginé la fin du monde. (Crédits photo: TATE)
    Eh oui! L'Apocalypse risque de s'imposer comme la tendance de l'année à venir. Si vous ne le savez pas encore, 2012 va mal se terminer, à en croire moult ouvrages et magazines, émissions télévisées, documentaires ou sites internet. Attention, rien à voir avec la fin de l'argent facile payé par la dette, ou la disparition de l'euro que prédisent des émissaires bien informés... Non, il s'agit d'un événement qui va tout simplement marquer la fin de l'Histoire. J'entends d'ici les ricaneurs: «Le politologue américain Francis Fukuyama nous a déjà fait le coup au début des années90, et Hegel avant lui!», murmurent-ils. Pour Fukuyama, la chute du mur de Berlin symbolisait le début d'une conscience démocratique universelle et la fin des conflits idéologiques. Il ne connaissait pas Eva Joly, cela explique sans doute son erreur, voilà tout.
    L'Apocalypse de 2012 n'a rien à voir avec cela: il s'agit de prédictions d'une «vraie» fin du monde à la John Martin, gravée dans la pierre depuis des siècles, révélée par la conjonction des planètes et une accumulation de phénomènes que des civilisations disparues ont devinés. De multiples signes annonciateurs, type catastrophes naturelles, et des coïncidences troublantes prouveraient que cette année 2012 ne sera pas une année comme les autres. Du sérieux. Enfin presque...
    En fait, ces prédictions d'Apocalypse sont aussi diverses que variées et s'accordent sur peu de choses. La première au top 50 des fins du monde repose sur une prédiction qui nous viendrait des Mayas. Cette civilisation méso-américaine était hautement évoluée, même si elle avait la fâcheuse habitude de sacrifier au dieu Soleil ses enfants dans un bain de sang. Personne n'est parfait. Les Mayas avaient notamment inventé un calendrier comptabilisant des cycles d'environ 23.000 ans. Or, ce calendrier s'arrête brusquement... le 21 décembre 2012.

    Cruel dilemme pour les prochaines fêtes de fin d'année

    Voyons d'abord le côté positif: ces sympathiques Mayas n'ont-ils pas eu l'élégance de nous laisser presque toute l'année pour en profiter pleinement? Ensuite, à écouter certains chamans, dont le plus médiatique, Barbara Hand Clow, vend des livres dans le monde entier sur le sujet depuis des années, il faudrait plutôt parler de fin d'«un» monde, plutôt que de fin «du» monde. Egoïstement, on aimerait demander à cette chère Barbara s'il sera utile de prévoir ses cadeaux de Noël pour le 25 décembre 2012? Mais Barbara Hand Clow a d'autres préoccupations. L'humanité va accéder à «une conscience cosmique» dans une nouvelle ère pour la Terre, voire l'Univers. Autant dire que Barbara ne s'attache pas à quelque tsunami ou avalanche, inévitables dans ce genre de maelstrom énergétique où se choqueront pas moins de neuf dimensions! Conclusion, il faudra vous débrouiller seul pour résoudre un cruel dilemme pour les prochaines fêtes de fin d'année: réserver un chalet à la montagne, ou ouvrir votre résidence secondaire sur les côtes bretonnes.
    La vision de Barbara Hand Clow est assez contestée. Passons sur les basses attaques concernant ses origines -elle n'est pas maya mais cherokee-, pour s'attacher aux dates. La fin du monde maya aurait en fait lieu le 12 décembre 2012 selon certains «érudits»: c'est plus propre mathématiquement (12/12/12) même si l'idée d'en terminer le 21, jour du solstice d'hiver, était symboliquement assez forte. D'autres ont évoqué une erreur de calcul. En fait, l'Apocalypse a déjà eu lieu... le 28 octobre 2011! Cherchez l'erreur.
    Plus sérieusement, des archéologues mexicains ont prouvé que les Mayas imaginaient un monde après le 21 décembre 2012. Une stèle découverte au sud-est du Mexique mentionne l'anniversaire d'un notable maya en 4772 de notre ère. Enfin, en exhumant le texte sur lequel s'appuie toute cette théorie, on peut s'interroger sur son interprétation: «Cela sera complété avec le 13eBaktun, C'est 4Ajaw 3Kankin et il se produira une apparition. C'est la représentation de Bolon Yokte dans une grande investiture», dit la prédiction originelle. Assez loin de: «Réglez les affaires courantes, car tout va péter le 21décembre!»

    Une inquiétante conjonction des planètes

    Aux Etats-Unis, c'est le blockbuster 2012, de Roland Emmerich (10€ en DVD), qui a popularisé cette prédiction maya en s'inspirant du best-seller de l'écrivain de science-fiction Steve Alten, vendu à plusieurs millions d'exemplaires. Il apparaît que les sites internet évoquant l'Apocalypse de 2012 s'inspirent plutôt du scénario hollywoodien que des vraies prédictions mayas. Erreurs sur les dates et mélange des genres, tout cela ne tarit pas pour autant l'engouement sur le sujet. Internet est en ébullition, opposant propos plus ou moins sérieux et délires ésotériques sur des sites aux noms évocateurs (findumonde.com, 2012endoftheworld.net, 2012fin.com...) Certains sites affichent même un compte à rebours qui égrène les jours, les heures et les secondes nous séparant de l'instant fatidique.
    La pseudo-théorie maya n'étant pas toujours suffisante pour se convaincre d'une apocalypse imminente, d'autres «esprits éclairés» sont allés chercher des coïncidences troublantes dans les mythologies des Indiens sioux et hopis, un code secret de la Bible, le Yijing chinois, ou la civilisation sumérienne. A chaque fois, suivant une logique implacable depuis la nuit des temps, la Terre périt par le feu du ciel.
    L'hypothèse qu'un astéroïde, une comète ou même une planète vienne fracasser notre Terre n'est pas nouvelle. N'est-ce pas un astéroïde qui aurait signé l'extinction des dinosaures? L'histoire de Nibiru est à ce titre assez intéressante. Dans les écrits sumériens décryptés depuis quelques années, apparaît une planète dont l'orbite longue et elliptique dure 3.600 ans. Cinq fois plus grosse que la Terre, Nibiru aurait déjà frôlé notre planète, déplaçant son orbite derrière Mars et laissant quelques «cailloux» au passage, dont la Lune. L'écrivain russe Zecharia Sitchin, qui décryptait le sumérien et décéda en 2010, pensait que Nibiru passerait à nouveau près de la Terre vers 2085. Un certain Mark Hazlewood affirmait, quant à lui, que la Nasa avait détecté Nibiru en 1983. Appelée Planète X, elle devait, toujours selon Hazlewood, croiser la Terre autour de 2003 en entraînant de grands cataclysmes. C'est raté. Depuis, on entend beaucoup moins parler de Mark Hazlewood. En revanche, l'idée que Nibiru surgisse à la fin de l'année 2012 fait son chemin, sans la moindre preuve scientifique, bien entendu, mais en s'inspirant peut-être du beau film Melancholia, où Lars von Trier pose comme toile de fond de son histoire le choc imminent d'une planète avec la Terre.

    Bugarach, dans les Corbières.
    Bugarach, dans les Corbières. Crédits photo : © Jean Philippe Arles / Reuters/REUTERS
    Un autre phénomène inquiète considérablement nos prédicateurs d'Apocalypse: il s'agit de la conjonction des planètes. Si elle influence nos horoscopes, il n'y a pas de raison qu'elle ne joue aucun rôle dans la fin du monde, non? Et, justement, des ésotéristes convaincus annoncent en tremblant que le 21 décembre 2012, la Terre, le Soleil et le centre de la galaxie seront parfaitement alignés. Cela est d'autant plus inquiétant, disent-ils, que cela arrive tous les 26.000 ans, durée du calendrier maya. Première erreur, le calendrier maya ne compte pas 26.000 ans, mais plutôt 23.000, comme nous l'avons vu. Ce qui est faux également, c'est la périodicité de cette conjonction entre le Soleil, la Terre et le centre de la galaxie. En fait, l'alignement a lieu tranquillement chaque année, sans que les pôles (dont les prédicateurs craignent l'inversion, entraînant un effacement de la surface de la planète) ne s'en émeuvent pas plus que cela.

    Des extraterrestres sous le pic de Bugarach

    Voilà pour quelques-unes de ces prédictions auxquelles astronomes, physiciens, historiens ou archéologues tentent sereinement de tordre le cou. L'ampleur du travail est énorme car ces hypothèses apocalyptiques iront certainement en s'amplifiant jusqu'au matin du 22 décembre 2012. Pour ceux qui auraient encore un doute, ils peuvent toujours tenter d'organiser un séjour de fin d'année dans le village désormais mondialement connu de Bugarach, dans les Corbières. Ce site sera le seul endroit épargné par l'Apocalypse, soutiennent des gourous de tout poil.
    Pourquoi? Parce que sous le pic de Bugarach se cache une base d'extraterrestres, justement ceux qui ont transmis leur savoir aux Sumériens. L'armée le sait et surveille l'endroit. Les grands de ce monde sont aussi au courant. Ils ont construit des villes souterraines bourrées de nourriture dans des lieux tenus secrets. Pourquoi n'ont-ils pas plutôt acheté une résidence secondaire à Bugarach, cela reste un mystère. Une chose est sûre: la science continuera d'avancer, y compris en 2012, même si l'imagination de l'homme n'a pas l'intention de reculer. Pour le meilleur et pour le pire.
    LIRE AUSSI:
    » REPORTAGE - À Bugarach, village de l'Aude pris d'assaut par les illuminés
    » Fous et escrocs prêts pour la fin du monde
    » Fin du monde: l'alerte de la mission antisecte
    Par Christophe Doré

ODE A LA HAUTE VALLEE

Quillan

Un premier "éductour" sur l'intercommunalité

Le 31/12/2011 à 06h00 par Nicolas Van Den Bussche
 Le cap des 16 000 visiteurs a été franchi avec cette famille d\'origine flamande.
Le cap des 16 000 visiteurs a été franchi avec cette famille d'origine flamande.  © Photo N. vdB.
L'office de tourisme (OT) intercommunal Aude en Pyrénées n'en finit plus de compléter sa stratégie en matière de développement touristique.
Au coeur de la Haute-Vallée, la collaboration entre entreprises et institutions se fait de plus en plus forte.
"Après avoir, entre autre, écumé depuis deux ans les salons de comités d'entreprises du Sud de la France, il était temps, aujourd'hui, de mettre à profit tous les contacts glanés", annonce la directrice de l'OT, Karine Duhil.
Voilà comment 242 entreprises seront invitées, les 22 et 23 mars prochains pour une découverte de la Haute-Vallée de l'Aude. Dans le jargon touristique, cela s'appelle un "éductour". Un circuit de promotion et d'information réalisé par les fabricants de voyages et proposés gratuitement dans l'objectif de présenter le territoire et les produits de la vallée aux responsables de comités d'entreprises (CE). Une nouveauté ici.
Deux jours intenses
Les professionnels seront accueillis à Puivert et initiés au vol en planeur. Hébergés et nourris chez les restaurateurs locaux, les deux jours auront des allures de marathon touristique où les visites s'enchaîneront au pas de course.
Dinosauria, le musée de la Chapellerie, Rennes-le-Château, découverte des eaux vives et balade avec le train touristique du pays Cathare... en bref, tour un arsenal pour attirer les entreprises à proposer des week-ends ludiques dans la Haute-Vallée ou à établir des conventions de partenariat (des réductions de tarifs pour des séjours qui s'adressent aux employés). "La Haute-Vallée est un terrain de jeu privilégié pour les entreprises. Le tourisme d'affaire, les séjours de groupe et le marché des CE sont en pleine évolution dans la région, le maximum est fait pour poursuivre cette voie", conclura la directrice.

vendredi 30 décembre 2011

FRITE VOLANTE NON IDENTIFIEE

Voici pourquoi les Belges voient de plus en plus d’ovnis

Signaler un OVNI
Pour signaler un ovni, il suffit de cliquer sur ce lien


Voici pourquoi les Belges voient de plus en plus d’ovnis

De plus en plus de Belges prétendent avoir aperçu des ovnis. Une hausse que le point de contact ovni belge explique selon plusieurs facteurs.

29 Décembre 2011 15h18
Entre août 2010 et juillet 2011, le point de contact ovni ("Ufo-meldpunt") a reçu 271 signalements d'objets volants non identifiés (OVNI) en Belgique, soit une vingtaine de plus qu'un an auparavant et deux fois plus qu'en 2009. Cette hausse s'explique principalement par la popularité croissante des lanternes volantes, originaires d'Asie, précise Frederick Delaere de l'Ufo-meldpunt. D'autres signalements se sont avérés in fine être un météore, un avion ou la Station spatiale internationale (ISS).

250 Belges ont vu des ovnis
A noter que de nombreuses personnes ont pris pour un ovni le "Verhees Delta", un prototype de petit aéronef d'à peine quatre mètres de long. Janvier fut le mois qui a connu le plus de signalements, avec 33, ce qui coïncide avec de nombreux lâchers de lanternes volantes dans la nuit du nouvel an. Au total, 250 personnes différentes ont fait part de signalement(s) d'ovni.

Pas de visiteurs de l’espace repérés
Toutefois, les signalements de l'année écoulée n'ont semble-t-il pas permis de prouver la présence de visiteurs extraterrestres. "Nous nous montrons très critiques", explique Frederick Delaere. "Nous voulons surtout aider les citoyens à chercher une explication pour ce qu'ils ont vu."

QUE LE BUGARACH NOUS PROTEGE !!!!




Midi Libre

Fourtou 2012, une date qui fait couler beaucoup d'encre

Correspondant
30/12/2011, 06 h 00
FOURTOU
Ça y est ! Nous y sommes. 2012 arrive à grands pas, et nous aussi. Certains se demandent si nous y serons encore l'an prochain. En effet, il y a eu nombre de rumeurs concernant la prétendue fin du monde de 2012.
Un film intitulé "2012", sorti en 2009, a exploité le filon du calendrier maya dont on a tiré des conclusions erronées. Certains ont annoncé la destruction de notre vieille Terre par une collision avec la mystérieuse planète Nibiru qui aurait été découverte par les Sumériens. D'autres encore font valoir les prévisions du I-Ching (jeu de carte de voyance), un livre d'astrologie chinoise qui serait tout aussi alarmant.
Ces histoires farfelues ont fait couler beaucoup d'encre, au point que la Nasa a jugé utile de les condamner dans une vidéo publiée sur son site internet.
Bien entendu, la suite des 52 semaines de l'année qui va bientôt commencer démontrera la vanité de ces affabulations.
Oui, nous sommes bien là au seuil d'une année nouvelle, au lendemain d'une année écoulée.
Une année nouvelle, c'est une chance donnée à l'espoir, l'occasion de poursuivre ou de renouveler ce qui a été entrepris, et parfois aussi, le moment de changer de cap.
Bonne et heureuse année à toutes et à tous, et que le pic de Bugarach que l'on voit de partout, y compris de la commune, nous protège ! Bisquen et Bejen.

jeudi 29 décembre 2011

ORBS AU BUGARACH




Les deux photos ont été prises hier au lac de Bugarach. Prise de vue en mode "mitraille". La première, avec les taches colorées, a été légèrement éclaircie avec "Picassa". La seconde est à l'état brut, l'éclaircissement n'ayant mis en évidence aucune anomalie.

MAGDALA DE NOEL


LE LOU CANTOU A ESPERAZA



Nos activités dans le Razès

Mauvaise nouvelle : le Relais de la Haute Vallée a fermé ses portes (dépôt de bilan)

Bonne nouvelle : l'équipe du Relais reprend le Lou Cantou (ex restaurant des Deux Musées) à Espéraza. Nous y tiendrons désormais nos dîners Débats.

UNE ARCHE DE NOE CHINOISE

Voici les plus belles oeuvres street art de 2011

Chine: Les places d'une Arche de Noé permettant d'éviter l'Apocalypse mises en vente

PartagerVotre avis :LOL !BuzzOMG !!WTF ?FAIL
Info rédaction, publiée le 29 décembre 2011
Chine: Les places d'une Arche de Noé permettant d'échapper à l'Apocalypse mises en vente 

Une bonne nouvelle pour ceux qui font confiance au calendrier Maya et qui sont persuadés que la fin du monde est pour 21 décembre 2012. Des billets pour une Arche de Noé sont en vente en Chine !
En Chine, les cadeaux de Noël et les destinations de vacances on été remplacés par des tickets. Mais pas n'importe lesquels puisqu'il s'agit de réservations pour l'arche de Noé moderne que l'on peut apercevoir dans le film 2012 de Roland Emmerich.
Ces places ont été vendues par milliers pour la somme de... 0,5 dollar, à savoir 0,40 centime d'euro. Ce sont les nouveaux cadeaux du nouvel an qui permettent d'assurer, de manière comique, la sécurité de ses proches. Le cyberportail de shopping chinois Taobao possède de nombreux sites qui vendent ces ticket, mais il existe également des magasins où l'on peut les imprimer. Par exemple, il existe un magasin à Jingsau qui a vendu 2 500 tickets de train et d'Arche pour 2012, explique Oddity Central. 
Les tickets possèdent les mêmes informations que dans le film
Les billets se présentent sous différentes formes, mais les informations principales sont toujours écrites. L'heure et la date d'embarquement: minuit le 21 décembre 2012 au quai de Zhuo Ming Gu. Exactement les même informations que dans le film ! Les numéro des sièges et des cabines ont également été précisés, histoire d'y croire vraiment. Et pour personnaliser la chose, il est possible d'y inscrire son nom, sa nationalité, et d'autres informations.
Mais si les acheteurs souhaitent accéder à l'embargo, il faut respecter des consignes obligatoires, telles que ne pas acheter plus de sept places ou ne pas en acheter pour sa secrétaire ou sa maîtresse (chose très sérieuse), acheter ses places avec son propre argent et justifier son actif bancaire. Preuve que même si c'est pour rigoler, ils y réfléchissent quand même beaucoup. Des kits de survie pour tremblements de terre, des couteaux suisses, des caisses de secours avec différents médicaments propices à ce genre de situation d'urgence ou encore des couvertures de survie sont d'ailleurs disponibles.
En attendant que la Terre se mette à trembler, les volcans à cracher et les montagnes disparaître, le ticket pourra être transformé en décoration de Noël et trôner fièrement sur le sapin.


2012 : Des places pour survivre à l'Apocalypse mises en vente

par le 30/12/2011 10:21 | Dans l'actualité Infos 5 membres ont commenté cet article. Commenter
Si vous abordez 2012 et la prétendue fin du monde avec peur et appréhension, pas de panique ! Des sites internet et commerces chinois ont la solution. Des billets pour survivre à l'Apocalypse ont été mis en vente… Ouf !
Ce sont eux qui riront les derniers si la Fin du Monde intervenait bel et bien en 2012, mais d'ici là… On ne peut qu'esquisser un sourire à la vue de l'initiative lancée par plusieurs sites et magasins chinois. Des tickets ont été vendus, et il n'est point question de théâtre, de cinéma ou autre spectacle. Quoique l'histoire ressemblerait à s'y méprendre à une pure et simple mise en scène… Ces tickets ont en effet un but bien précis : vous faire survivre à l'Apocalypse prévue le 21 décembre 2012 par le calendrier Maya ! Des réservations pour l'Arche de Noé que l'on peut apercevoir dans le film 2012 de Roland Emmerich se sont vendues par milliers ces derniers jours en Chine. Gentside nous relaie l'incroyable anecdote initialement racontée par le site Chinahush…
2012 Places Survivre Apocalypse Fin du Monde Vente Chine Voir les 4 médias de la galerieL'arche de Noé version 2012
2012 Places Survivre Apocalypse Fin du Monde Vente Chine
2012 Places Survivre Apocalypse Fin du Monde Vente Chine
2012 Places Survivre Apocalypse Fin du Monde Vente Chine
Voir la galerieLe prix à payer pour survivre à la fin du monde, et vous glisser dans l'immense arche ? 40 centimes d'euros ! Une somme dérisoire, mais au vu du nombre conséquent de billets vendus pour la nouvelle année, le bénéfice était au rendez-vous pour les commerçants… Pour survivre à la catastrophe, le ticket vous donne rendez-vous le 21 décembre 2012 à minuit au quai de Zhuo Ming Gu. Votre numéro de siège figure également sur le précieux sésame… Bon, on imagine que vous êtes déjà stupéfaits par la nouvelle, mais on a encore mieux. Nos amis chinois ont pensé à tout, puisque des conditions spécifiques ont été mises en place : vous n'avez entre autre pas le droit d'acheter plus de sept places (qui doivent inclure les membres de votre famille proche) ou d'acheter un ticket pour votre secrétaire ou votre maîtresse. On ne pouvait que se lancer dans une petite enquête afin de savoir ce qu'étaient exactement ces tickets made in China, et si l'affaire était sérieuse… Et finalement, tout cela ne semble être qu'une gigantesque blague de la part de ces commerces chinois. C'en est presque rassurant ! Que pensez-vous de cette étonnante histoire qui nous vient de Chine ?

mercredi 28 décembre 2011

DRACULA AIME LE SANG DE COCHON

ROUMANIEDes cochons sacrifiés sur l'autel du tourisme

Pour attirer les touristes étrangers, les Roumains puisent dans le folklore local, et n'hésitent pas à renouveler des rituels sanglants tels que la "mise à mort porcine". Reportage dans la région de Bucovine.
27.12.2011 | Georgeta Cîrstean, Florina Pop, Dorel Ţîrcomnicu | Adevarul


En Roumanie, l'abattage du cochon est passé d'une coutume simple de Noël à un moyen d'attirer les touristes et donc de faire de l'argent. Ces jours-ci, de plus en plus de gérants de pensions, hôtels et restaurants présentent le rituel de l'abattage du cochon. Des dizaines de lieux en Bucovine [dans le nord de la Roumanie], par exemple, offrent aux touristes un spectacle inédit : la mise à mort de l'animal selon la coutume locale.  "J'ai coupé un cochon d'environ 200 kilos et j'ai préparé des cochonnailles pour l'arrivée des touristes, et, le 24 au matin, nous préparons le deuxième cochon. Ainsi les touristes peuvent déguster de la couenne fumée, du lard fumé ou rôti et voir comment sont préparées les saucisses, les boudins, le fromage de tête, des plats traditionnels et écologiques !" raconte Dumitru Bodnar, gérant d'une pension à Suceviţa [en Bucovine].
La démonstration se fait également en direct au musée du village de Bucovine. Le spectacle se déroule dans la cour du musée. Les personnes présentes peuvent voir de près le rituel de la mise à mort du cochon, en compagnie de l'équipe du musée qui raconte aux touristes les coutumes et les superstitions liées à la période des fêtes de fin d'année. "Nous avons reçu un cochon de nos sponsors, et c'est le personnel du musée qui fera la préparation de viande. Je ne pense pas que le jour du Cochon soit devenu une attraction commerciale, mais il pourrait le devenir. Les gens ne roussissent plus le cochon avec de la paille, mais avec des lampes à gaz, ils ne le frottent plus avec du sel et de la farine, mais seulement avec du sel et une brosse en paille. C'est ce que nous ferons au musée du village de Bucovine, nous allons montrer aux gens la vraie tradition", a déclaré Emil Ursu, conservateur du musée.

Plus bas, dans le sud de la région, la directrice d'une pension du département de Vâlcea va encore plus loin dans l'innovation : les touristes apportent eux-mêmes un cochon vivant, acheté au marché, et le reste est pris en charge par le personnel de la pension. Elle soutient que le tourisme dans la région manque de divertissements pour les touristes. "Nous avons eu déjà quelques premiers Bucarestois qui ont été enchantés par une telle proposition. Si on n'insuffle pas une âme au tourisme, on met la clé sous la porte", affirme Laura Craioveanu.

Dans une Europe de plus en plus laïque et de plus en plus éloignée de ses coutumes, le jour du Cochon dans le style traditionnel roumain peut être à même de promouvoir notre image dans le monde, croit le sociologue Marius Pieleanu. "Dans une société postmoderne, l'abattage du cochon et le fait de le vider de son sang peut sembler un rituel barbare aux yeux des Européens, mais ce pourrait être une raison attractive pour visiter la Roumanie. Nous exportons bien le mythe de Dracula, avec toute sa barbarie et sa cruauté, pourquoi n'exporterions-nous pas le cochon ?" De plus, considère Pieleanu, les touristes européens ne sont pas étrangers aux pratiques barbares, donnant l'exemple de l'Espagne – ce n'est que cet été que furent interdites les corridas [la tauromachie], et seulement dans certaines régions. Quant à la passion des Roumains pour l'abattage traditionnel, Pieleanu affirme qu'il faudra longtemps avant que les gens en perdent l'habitude. "En vain, on impose par la loi que l'animal soit assommé. L'homme du peuple croit qu'il est préférable de l'égorger et de le roussir au feu de paille et non pas à la lampe à gaz."

mardi 27 décembre 2011

L'ESCROQUERIE DE LA FIN DU MONDE

La fin du monde en 2012 : une vaste escroquerie ?
 
LIENS EXTERNES 


La fin du monde en 2012 : une vaste escroquerie ?

A en croire les rumeurs sur la toile, le 21 décembre 2012 sera la date fatidique pour tout le monde, mais pas pour le spécialiste d'archéologie précolombienne Éric Taladoire qui tente de rassurer les plus superstitieux.

Dans une interview accordée au site Le Point, Éric Taladoire retrace les origines et l’évolution du mythe de l’apocalypse de 2012, en démontrant que ce n’est que l’histoire d’une vaste supercherie.
Il évoque d’abord le fameux best-seller Facteur maya, de l'Américain José Argüelles, sorti en 1987, dans lequel, il est écrit pour la première fois que la date du 21 décembre 2012 mettrait un terme au calendrier maya.
Le souci, c’est que l’auteur est décédé en mars 2011 et n’a donc pas eu le temps de vérifier ses prédictions. Or, Éric Taladoire précise qu’il y a deux sources distinctes décrivant l’année 2012 chez les Mayas : les inscriptions sur certains monuments et les textes appelés Chilam Balam.
Les charlatans se basent sur le Chilam Balam de Chumayel
La plupart des théories sur la fin du monde en 2012 partent des Chilam Balam qui ne sont que des manuels d'astrologie ou la continuation des célèbres codex mayas. Jusqu’à présent, huit textes ont été découverts, mais il y a en auraient beaucoup plus puisque chaque cité du monde méso-américain avait le sien.  Dans l’interview, le spécialiste d'archéologie précolombienne détaille le contenu de ces livres : «  Outre les prédictions astrologiques, il y a aussi des recettes, des indications sur les vertus des plantes médicinales, des anniversaires, des dates de naissance, les années d'accession au pouvoir des rois ou des dirigeants. Dans l'ensemble, ce sont des traditions orales transmises dans les villages de génération en génération et consignées par des lettrés à l'arrivée des Espagnols ».
Selon le spécialiste, les charlatans se basent uniquement sur une partie du Chilam Balam de Chumayel.
2012 l’année du renouveau : la fin d'un monde et non pas la fin du monde
D'après Éric Taladoir, l'erreur de José Argüelles est qu'il semble avoir oublié que la pensée méso-américaine est une pensée cyclique : « Comme chez nous, il y a le jour et l'année, kin et tun, mais aussi le katun, soit une période de 20 ans, le baktun, 144 000 jours, et ainsi de suite. Le rôle des astrologues dans la civilisation maya, c'est précisément de prévoir qu'en telle année il pourrait se produire tel ou tel événement, au regard de ce qui a pu se produire par le passé. Or, le 21 décembre 2012, selon certains calculs, 3 114 ans exactement se seront écoulés depuis le début du calendrier maya, c'est-à-dire une période de 13 baktun, soit 13 fois deux millions de jours. Pour les Mayas, le monde tel qu'ils le connaissaient, avec ses structures, ses cités, ses prêtres, ses divinités, va changer. Comme dans une spirale, les cycles mayas ou aztèques, pour ne parler que d'eux, se succèdent dans une perspective de durée infinie. C'est un renouveau. La fin d'un monde, et non pas la fin du monde ».
Pour le spécialiste, les Mayas mettent en garde des changements futurs à partir de la date fatidique sans prévoir le pire : « Le travail des astrologues consistait à répertorier ces changements. À telle date, telle cité a été envahie. Attention, cela pourrait se reproduire dans 20 ans... C'est ce que nous indiquent les Mayas pour le 21 décembre 2012. Sans pour autant nous annoncer un cataclysme ! »

Éric Taladoire a publié "Teotihuacan et les Mayas" ( catalogue de l'exposition "Teotihuacan, la cité des dieux", musée du Quai Branly, Somogy ) éditions d'Art, 2009, "Le pillage archéologique en Méso-Amérique" et "Le marché de l'art précolombien", dans Halte au pillage, éditions Errance, 2011

lundi 26 décembre 2011

EST-CE LA FIN ?

















RIA Novosti

Tribune libre

Est-ce que le monde va finir en 2012 ?

Svetlana Koltchik
10:57 26/12/2011
"Les femmes ont la parole" par Svetlana Koltchik
Eh bien, certains pensent sérieusement que cela pourrait être le cas. Officiellement, ou, selon les prédictions d’un certain nombre de savants, le terrible jour devrait arriver lors du solstice d’hiver 2012 qui a lieu le 21 décembre.C’est le jour où le monde finit dans le calendrier des méso-américains (qu’on appelle parfois Mayas) et selon certaines prévisions, une série de cataclysmes majeurs, tels que des tremblements de terre meurtriers, des tsunamis, un basculement des pôles impliquant des changements climatiques et des tempêtes de soleil, devrait suivre.

Certains prévoient que toute l’année 2012 ne sera pas, en général, une année facile, pour le moins qu’on puisse dire. Mais qui va contredire cela ? Le ralentissement économique mondial, le nombre croissant de bouleversements sociaux, les catastrophes naturelles et dues à la main de l’homme, s’accordent avec le sentiment général d’anxiété que beaucoup ressentent ces jours-ci. Tout cela pourrait tout a fait remplir les critères d’une fin du monde.

Alors est-ce que nous nous dirigeons vraiment vers la fin du monde ou est-ce que la fin du monde est une idée trop intéressante commercialement pour qu’on n’en profite pas ?

Certes, les croyances eschatologiques ont existé dans le monde de la littérature et de l’art, sans parler des religions, depuis aussi longtemps que l’humanité se souvienne. Mais dans l’ère de l’information, Armageddon vend particulièrement bien. Cette année, selon l’intensité du flux des nouvelles du jour, le soi-disant « phénomène 2012 » a été un sujet brûlant à la fois dans la culture pop et dans les affaires. Après le grand nombre de films catastrophes des années 1990 et 2000, y compris le film à grand succès de 2009 de Roland Emmerich « 2012 », un autre thriller apocalyptique et glaçant est sorti cet été, « Melancholia » par le controversé réalisateur danois Lars von Trier. Le film dépeint avec éclat la collusion fatale entre la Terre et une large et mystérieuse planète. « Avec l’apocalypse de 2012 qui arrive, il est temps de se préparer au Dernier Souper cinématographique » disait le communiqué de presse. Britney Spears a rejoint la tralala apocalyptique avec un succès récent intitulé « Jusqu’à ce que le monde finisse ».

Sont aussi apparues récemment, de nombreuses sociétés offrant les outils pour se préparer à la fin des temps. Des entrepreneurs dans le monde entier tirent profit de la notion de catastrophe imminente, vendant des livres de conseils, des abris (les ventes de bunker ont explosé après le tremblement de terre au Japon) et de l’équipement de survie pour le jour de l’apocalypse de toutes sortes : masques a gaz, nourriture lyophilisée, approvisionnements massifs en eau, etc. De nombreux blogueurs offrent des conseils sur la façon de survivre au cas où des calamités globales devraient se produire. Même une institution américaine aussi respectable que la NASA (National Aeronautics and Space Administration) a lance une vaste section Q&R sur son site Internet traitant uniquement la soi-disant apocalypse de 2012.

J’ai appelé plusieurs futurologues pour savoir si nous devrions vraiment nous préparer au pire dans l’année à venir. Tout d’abord, j’ai parlé avec l’écrivain et philosophe Danila Medvedev, un membre du mouvement russe trans-humaniste et directeur de CryoRus, le premier laboratoire russe de cryogénie (oui ces mecs bizarres qui vont congeler vos parents fraichement décédés pour les décongeler et les raviver quand l’immortalité aura été découverte). Les prédictions de l’apocalypse devraient être la dernière chose dont nous devrions nous préoccuper dit Medvedev. “Les choses vraiment effrayantes sont imprévisibles” dit il. Ces dernières, selon Medvedev, pourraient aller des météorites géantes aux catastrophes technologiques comme celle, récente, de Fukushima. Pourtant, la fin du monde tel que nous le connaissons aura bien lieu mais pas seulement en 2012 mais tout au long du XXI siècle et nous devrions, en effet, nous préparer à des changements majeurs. « Les gens qui vont vivre à la fin de ce siècle seront plus différents de ceux qui vivent maintenant que l’homme moderne diffère de l’homme de Neandertal » dit Medvedev.

Tatiana Ivanova, sociologue-futurologue, directeur adjoint de l’Académie russe des Sciences et de l’Institut d’Economie Stratégique à l’air encore moins optimiste. Elle dit que l’apocalypse a commencé depuis bien longtemps, et à moins que nous ne commencions à vivre de façon responsable, les choses ne vont faire que s’empirer. « Ecologiquement, la Terre ne peut porter que 600 millions de personnes » dit Ivanova « Cela ne signifie pas qu’une population plus importante soit nécessairement fatale mais nous devrions revoir et modifier les règles par lesquelles nous opérons sur notre planète. »

Mais, heureusement, tout le monde ne s’accorde pas sur de si sombres scénarios. Un nombre croissant d’experts insistent pour dire que les choses ne vont faire que s’améliorer. Nous avons eu déjà assez de tourmente et commençons à apprendre nos leçons. Donc 2012 pourrait ne pas être la fin du monde mais le début d’une transformation par l’ouverture du cœur et de l’esprit et que nous allons tous expérimenter dans les années qui viennent. Autant j’aime regarder les films catastrophe, autant j’ai tendance à croire cela. En fait, je pense que les gens ont déjà commencé à se réveiller. Nous nous préoccupons d’avantage les uns des autres, et du monde car nous ne pouvons nous empêcher de réaliser à quel point tout est interconnecté aujourd’hui. Comme nous l’avons récemment observé, nombre d’entre nous choisissent de ne pas attendre patiemment mais d’aller dans la rue et de se battre pour ce que nous croyons.

Et soit dit en passant, le terrible jour de décembre 2012 est officiellement hors jeu, comme l’a annoncé la communauté scientifique pas plus tard que la semaine dernière. Il se trouve qu’une inscription maya d’une importance capitale a été mal interprétée. Elle se référait au passage vers une ère nouvelle, pas vers la fin du monde tel que précédemment prédit.

Mais comme la prédiction du futur est un business fleurissant, nous allons certainement entendre de nouvelles prophéties pessimistes. Alors pourquoi ne pas profiter de ce que nous avons plutôt que s’inquiéter des désastres à venir ?

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.

LE CALENDRIER MAYA CONTINUERA

Et si le calendrier Maya continuait après le 21/12/2012 ?

Et si le calendrier Maya continuait après le 21/12/2012 ?

Si vous vous inquiétez de la fin du monde annoncée par le calendrier maya pour le 21 décembre 2012, rassurez-vous, ce n’est pas pour maintenant !

Catherine Vanesse |
Le 21 décembre 2012 est en effet une date importante dans le calendrier maya puisqu’elle marque la fin d’un cycle de 5126 années. Une fin de cycle qui annonce le retour de Bolon Yokte, un dieu maya associé à la guerre et à la création.

Des experts se sont réunis début décembre et ils sont unanimes, il n’y aura pas d’apocalypse en 2012. Pour Eric Velasquez, spécialiste ethnique à l’université national autonome de Mexico (UNAM), « il n’y a pas de prophétie pour 2012, c’est juste une stratégie marketing ».
"La pensée messianique occidentale a complètement déformé la vision que les civilisations anciennes comme les Mayas avaient du monde", explique l'Institut national d'histoire et d'anthropologie de Mexico.


Vers une ère de transition


Le calendrier maya débute en 3114 av JC et il est séparé en périodes longues de 394 années, les Baktuns. Le nombre 13 est sacré pour les Mayas et le 13ème Baktun prend fin l’année prochaine.

Selon Sven Gronemeyer, chercheur à l’université de La Trobe en Australie et spécialiste dans le décodage du calendrier maya, ce qu’on appelle la fin du monde signifie simplement la transition entre une ère et la suivante, celle qui annonce le retour de Bolon Yokte. "Bolon Yokte était déjà présent le jour de la création, il semble donc naturel pour les Mayas que Bolon Yokte soit à nouveau présent".

Ils font d'ailleurs remarquer que la mention de l’année 2012 n’apparait que deux fois sur les 15 000 glyphes mayas... Un nombre inversement proportionnel au succès des prédictions apocalyptiques sur le net : plus de 2,5 millions de pages Internet sur ce thème ont été référencées par un moteur de recherche américain. "Les Mayas ne pensaient pas à l’humanité, au réchauffement climatique ou à la fusion des pôles" affirme Alfonso Ladena, un professeur de l’université Complutense de Madrid. "Nous projetons nos inquiétudes sur eux".

David Morrison, scientifique de la NASA est catégorique au sujet du calendrier maya : "Tout comme le calendrier accroché au mur de votre cuisine se poursuit au-delà du 31 décembre, le calendrier maya se poursuit au-delà du 21 décembre 2012. (...) Et tout comme votre calendrier reprend son cours au 1er janvier, un autre cycle long commence pour le calendrier maya".

Ouf, nous voilà en tous cas rassurés !
 

dimanche 25 décembre 2011

BUSINESS AU BUGARACH


Sur le terrain
24/12/2011 à 10h13
 
RUE 89 

A un an de l'apocalypse, le pic de Bugarach fait des affaires

Bugarach



De Bugarach, Aude) Bugarach, c'est un pic qui culmine à 1 231 m. Perdu dans la Haute Vallée de l'Aude, il est depuis plus d'un siècle l'objet de tous les fantasmes et croyances surnaturelles.
Ses couches géologiques inversées lui donneraient des pouvoirs extraordinaires liés au magnétisme. Jules Verne s'en serait même inspiré pour écrire son « Voyage au centre de la Terre » (1864). Dans les années 60, à travers les écrits d'un auteur fasciné par l'ésotérisme, Jean d'Argoun, un nouveau mythe naît : le pic abriterait une base extraterrestre.
Mais depuis, une autre histoire, relayée sur Internet, l'a largement supplanté. Selon différentes sources, le pic de Bugarach et le village qui se situe à son pied seraient les seuls lieux sur Terre épargnés par l'apocalypse, une fin du monde qui doit intervenir le 21 décembre 2012, selon le calendrier maya.
Cette prédiction tombée du ciel il y a environ un an a focalisé tous les regards sur le petit village – moins de 200 âmes. Elle a aussi aiguisé l'appétit de certains de ses habitants qui y voient un nouveau filon à exploiter.

Un euro la carte postale avec une soucoupe

« Dans le village-même, l'affluence ne se fait pas trop ressentir », explique le maire de Bugarach, Jean-Pierre Delord.
« Mais sur le pic, elle a plus que doublé en un an. Nous avons installé un compteur là-haut : le nombre de marcheurs est passé de 10 000 à 20 000. »
Qui sont ces marcheurs ? Sait-il s'il existe des groupes sectaires dans la région ? Sur ces questions, l'élu ne semble pas trop regardant :
« Nous sommes en démocratie, ce qui implique une liberté de culte et de croyances. Moi ce qui m'importe, c'est simplement qu'il n'y ait pas d'atteinte à l'ordre public. J'en ai d'ailleurs appelé aux autorités en cas d'éventuel débordement. Si des milliers et des milliers de personnes montent au pic le 21 décembre de l'an prochain, je ne pourrai pas assurer leur sécurité. »
Si cette arrivée massive de visiteurs l'effraie un peu, le maire compte aussi en tirer profit pour sa commune.
« Je suis maire depuis trente-cinq ans et jamais Bugarach n'avait été aussi connu. Nous devons saisir ce moment pour nous faire connaître. »
Et pour bénéficier comme il se doit de cette fin du monde annoncée, rien de tel qu'exploiter directement l'événement.
« Nous vendons des cartes postales à 1 euro qui représentent le pic avec une soucoupe volante au-dessus. Nous les avons signées David Vincent [personnage principale de la série “Les Envahisseurs”, ndlr].
Je réfléchis aussi à créer un festival les années suivantes pour commémorer le 21 décembre. Ce serait un grand festival de l'utopie mais je ne sais pas encore quelle forme il prendrait. »

Une carte postale du pic de Bugarach, et sa soucoupe volante (La-fin-du-monde.fr)

Des devis pour construire des bunkers

Deuxième idée : en profiter pour développer l'économie locale.
« Les gens qui viennent consomment dans les restaurants ou au supermarché pas loin du village. Et puis cette publicité gratuite qui nous est faite pourrait nous permettre de mener à bien notre projet d'extension avec la création d'un éco-quartier. En étant plus connus, on pourrait faire débloquer des financements car le problème ici, comme bien souvent, c'est le fric. »
A Bugarach, certains tentent d'ailleurs d'en gagner un maximum. « En quelques mois, le prix des terrains à vendre est passé de 15 à 50 euros le mètre carré », explique Jean-Pierre Delord.
Les maisons aussi ont soudain vu leur prix exploser. Bernard Cervières travaille depuis dix ans dans le secteur de Bugarach comme agent commercial pour une grande enseigne immobilière. Et depuis que le village est au centre de toutes les attentions, y vendre des biens devient de plus en plus compliqué.
« Les propriétaires ont pensé que des illuminés seraient prêts à mettre n'importe quel prix pour venir échapper à la fin du monde. Or, ceux qui viennent voir les maisons n'ont pas les moyens de les acheter, même quand ils viennent à six ou sept couples pour faire de grandes colocations.
Par exemple, une maison que j'ai estimé à 260 000 euros est proposée à la vente à 474 000 euros. Elle va avoir du mal à partir. Les gens doublent les prix en essayant de faire l'affaire du siècle. »

Le pic de Bugarach, Aude, Languedoc-Roussillon, en 2007 (Thierry Strub/Wikimedia Commons/CC)
Conséquence : les maisons ne se vendent pas et cela n'arrange personne.
« Le seul bien qui s'est vraiment vendu, c'est un domaine qui se trouve sur le pic. Il s'agit d'une exploitation agricole de 400 hectares, qui recouvre presque la moitié du pic. Elle a été vendue 1,8 million d'euros, ce qui correspondait à son estimation, à un couple de Finlandais. Ils étaient habillés normalement et voulaient reprendre le travail des anciens agriculteurs.
On a appris ensuite qu'ils avaient demandé des devis pour construire des bunkers sur le pic. Mais maintenant c'est leur terrain alors ils font ce qu'ils veulent. »

Plus de chambre pour le 21 décembre 2012

Excepté cette vente, le marché de l'immobilier sur Bugarach ne devrait pas se développer pour autant, explique Bernard Cervières.
« Ces histoires d'apocalypse, ça ne profite pas tant que ça à notre secteur. Cela fait vendre quelques hamburgers, ça fait parler du coin et c'est très bien pour le commerce. »
Un des commerces qui en profite le plus, c'est celui de l'hébergement. En effet pas la peine de chercher une chambre pour la semaine du 21 décembre 2012, tout est déjà complet dans le village.
La responsable du gîte de la Genivrière, à l'entrée de la vallée, explique que « ce n'est pas exceptionnel d'avoir des réservations d'une année sur l'autre », même si cette année elle a augmenté ses prix, jusqu'à 2 900 euros la semaine en été pour une dizaine de personnes.
« Cette augmentation n'est pas liée à 2012, c'est juste que tout coûte plus cher, l'électricité, le chauffage… »
Le gîte accueille souvent des groupes, qui viennent suivre des stages dits énergétiques. Une Irlandaise, qui organise des sessions à Bugarach, a même déjà réservé une semaine en août 2013.
« Ce qui montre bien que certains n'ont pas peur de la fin du monde », explique la responsable du gîte. Et que le business à Bugarach n'est pas non plus prêt de mourir.

LA CRECHE DE L'ABBE BOUDET

Rennes-les-Bains et sa région
Publié le 23/12/2011 08:17 | La Dépêche du Midi

Rennes-les-Bains. Une doyenne qui s'investit

Rennes-les-Bains. Une doyenne qui s'investit
Rennes-les-Bains. Une doyenne qui s'investit
Rennes-les-Bains. Une doyenne qui s'investit
Dans un petit village, les élus sont souvent à la peine. Ainsi, Marcelle Delmas, adjointe au maire, gère toutes les activités concernant l'église. Et comme chaque année, avec l'aide du service animation les fonts baptismaux se sont transformés en crèche de la Nativité. Marcelle nous raconte qu'en tant que doyenne du conseil municipal elle a à cœur de perpétrer les coutumes d'antan et la crèche fait partie de ce patrimoine à transmettre aux jeunes générations.