Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

jeudi 31 mai 2012

LES CONFERENCES DE L'ETE 2012 A RENNES-LE-CHATEAU ; mise à jour




CONFERENCES DE L’ETE (ODS/ARTBS)

Le vendredi à 21 heures au restaurant « La Reine du Château » à l’entrée du village. La salle municipale « La Capitelle » restera à notre disposition en cas d’intempéries. Il est possible de dîner sur place à partir de 19 heures, le restaurant proposant un « menu conférence ».

06/07, L’Affaire Bugarach, du Mythe à la Réalité, Genny Rivière, écrivain et Philippe Marlin, Président de l’ODS.
13/07, Le Temple Noir ou la Défense du Mystère, Eric Giacometti et Jacques Ravenne, écrivains.
20/07, Ma découverte de l’affaire de Rennes-le-Château, Yves Echaroux, écrivain.
27/07, 2012 ou 2442, le Calendrier Maya par Daniel Castille, écrivain.
3/08, Itinéraire insolite dans la vallée de l’Aude, Paul Rouelle, écrivain.
10/08, Sherlock Holmes et Rennes-le-Château par Yves Lignon, Président de l’ARTBS et écrivain.
11/08, Méchoui des chercheurs (Soirée privée, réservation obligatoire au 04 68 20 14 72).
17/08, Souvenirs et actualité de Rennes-le-Château avec Henry Lincoln, écrivain, Antoine et Claire Captier,  Paul Rouelle, Pierre Jarnac.
24/08, Politique, surréalisme et para-histoire chez Gérard de Sède par Marie-Christine Lignon, chercheur.

LE TEMPLE NOIR DE GIACOMETTI ET RAVENNE

 Prochaine sortie (le 14 juin) des nouvelles aventures du flic franc-maçon, Antoine Marcas. Une conférence-dédicace est prévue le vendredi 13 juillet à Rennes-le-Château.





« Le Temple Noir » sera donc la prochaine aventure de notre flic franc-maçon, Antoine Marcas, héro de nos auteurs emblématiques Eric Giacometti et Jacques Ravenne. L’ouvrage sortira en France le jeudi 14 juin 2012 aux Editions Fleuve Noir.
On savait déjà que l’intrigue se déroulerait entre le Londres d’aujourd’hui et la Jérusalem de 1232. Désormais, on en sait un peu plus avec ce synopsis découvert sur le site de la FNAC car celui d’Amazon est erroné :
  »Mon cher Marcas, le véritable secret de l’ordre du Temple n’a jamais été le trésor. Je vous parle d’un secret d’une puissance telle qu’il pourrait faire basculer le destin de l’humanité…
1232. En Terre Sainte, une lutte sans merci oppose le Grand Maître des Templiers et le Légat du pape pour posséder un secret revendiqué par toutes les religions et tous les pouvoirs. 2012. À Londres, le Temple Noir se réunit et va changer le cours de l’Histoire. Dans les méandres financiers de la City et dans les coulisses des sociétés secrètes, le seul homme à pouvoir éviter le pire est Antoine Marcas, flic et franc-maçon. Une seule condition : résoudre l’ultime énigme des Templiers… À la fin du livre, Guide du Londres maçonnique  »

30 SEMAINES AVANT LA FIN DU MONDE


2012: seul un village français survivra par Insekticida


Moins de 30 semaines avant la fin du monde

  • 31/05/12
  • Par Robert Kassous,
    Chef de Rubrique Tourisme
  •  NOUVEL OBS
21 décembre 2012, fin du monde ? Télés, radios, presse scientifique... Tous ces médias nous parlent de possibles catastrophes naturelles pouvant débuter à cette date, d'inversion des pôles magnétiques terrestres, d'une fin du monde et d'un calendrier fameux qui s’interprète à l’infini mais qui serait censé s’arrêter cette année.  La civilisation Maya, bien que fascinante et très évoluée, a-t-elle vraiment  pu, ou voulu, tout prévoir ?

Qui sont les Mayas ?

Les Mayas ont vécu il y a 3500 ans en Amérique Centrale, dans des régions du Mexique, du Belize, du Guatemala, d'El Salvador et d'Honduras. Pour eux, le temps était quelque chose de linéaire et circulaire: tout ce qui est déjà arrivé finira par se reproduire.
Apparue  en 1600 avant JC, la civilisation Maya descendrait des Olmèques, dont ils furent également contemporains. Ils commercèrent ensemble. Contrairement à presque toutes les autres civilisations précolombiennes, ils développèrent un système d'écriture très complexe qui permit, une fois déchiffré, de comprendre les dynasties et les grandes périodes de la civilisation Maya : les Olmèques (–1200 à –400), les Zapotèques (–800 à –500), le peuple de Teotihuacán ou les Toltèques.

Une affaire qui tourne

Avec une conception cyclique du temps, une régularité des saisons et son association avec des événements météorologiques, les Mayas ont pu développer l'agriculture, observer et comprendre le fonctionnement des planètes, prédire les éclipses, construire des calendriers avec une exactitude surprenante. Mais le fait qu’un calendrier s’arrête annonce-t-il forcement la fin d’un monde ?
Cette prophétie cataclysmique  provoque des réactions parfois surprenantes. Aux Etats-Unis, certains américains ont installé des abris antiatomiques dans leurs propres jardins, déjà rempli de provisions en cas d’Apocalypse. En France, une petite bourgade se dit être la seule à pouvoir échapper à la fin du monde. Son nom : Bugarach, dans l’Aude.  Le maire du village ainsi que certains habitants s’inquiètent de voir arriver de plus en plus de prédicateurs, farfelus ou simples touristes venus repérer les lieux on ne sait jamais.

mercredi 30 mai 2012

UNE BELLE INSPECTION

Mercredi 30 Mai - 11:39 - Saint Ferdinand
Publié le 30/05/2012 09:22 | La Dépêche du Midi

Couiza. Le "DGS" du conseil général visite le canton

Samuel Fournier (au centre) et les élus locaux ont visité l'immeuble de la communauté de communes.
Samuel Fournier (au centre) et les élus locaux ont visité l'immeuble de la communauté de communes.
Samuel Fournier (au centre) et les élus locaux ont visité l'immeuble de la communauté de communes.
Samuel Fournier, directeur général des services du conseil général, sur invitation du maire et conseiller général Jacques Hortala, est venu prendre le pouls du canton du pays de Couiza en rencontrant les élus. Il a été accueilli en mairie de Couiza par le maire Jacques Hortala, le président de la communauté de communes Henri Barbaza, et les adjoints de Couiza, MM. Quief, Dénarnaud et Verza, ainsi que par le Cardinal de Limoux. Il a visité à Couiza le bâtiment de la communauté de communes, le gymnase et les maisons de retraites du Pla-du-Moulin et des Estamounets. À Rennes-les-Bains, une visite des thermes s'imposait ainsi que celle du village de vacances d'Arques où la rénovation de plus d'un million d'euros devrait débuter sous peu, rénovation avec l'aide financière de l'État, la Région, le département et la commune. En partant de Rennes-les-Bains, Samuel Fournier a pu voir au loin le pic de Bugarach et le village de Rennes-le-Château. Au cours de cette visite matinale, ont été abordés les dossiers tourisme, service aux personnes âgées, jeunesse et agriculture avec la mise en place d'une plateforme logistique pour le développement des circuits courts de distribution.
La soirée a été consacrée à la viticulture, visite à Antugnac des caves Delmas et caves du Château. Enfin, à Roquetaillade, pays de la vigne et du vent, le directeur général des services a pu se rendre compte de l'importance du parc éolien, pendant de la microcentrale photovoltaïque de Roquefumade, qui s'inscrivent tous les deux dans le plan climat énergie territorial obtenu par la communauté de communes.
Samuel Fournier est parti ravi de cette journée de visite, ravi d'avoir fait la connaissance des élus et pris connaissance des dossiers, persuadé que ce canton à taille humaine, qui pratique l'intercommunalité depuis longtemps, a tous les atouts pour réussir au cœur de la haute vallée de l'Aude.

mardi 29 mai 2012

ETRE CATHARE AUJOUR'HUI

Mardi 29 Mai - 10:58 - Saint Aymard

Roquefixade. Le Catharisme est toujours là

Ruben Sartori  et Éric  Delmas . /Photo DDM,Florent Raoul
Ruben Sartori  et Éric  Delmas . /Photo DDM,Florent Raoul
Ruben Sartori et Éric Delmas . /Photo DDM,Florent Raoul
Le catharisme est-il toujours vivant ? La réponse est oui ! La quatrième rencontre cathare qui se déroulait à Roquefixade en atteste. Mais qu'est-ce que le catharisme aujourd'hui ? Éric Delmas responsable du site internet « Catharisme d'aujourd'hui » et Ruben Sartori, conférencier, nous ont apporté quelques éléments de réponse. Définir la rencontre de Roquefixade ? « Cela permet à des gens qui se sentent impliqués à des degrés divers dans la foi cathare de se retrouver. » résume Éric Delmas. C'est bien court, mais il enchaîne aussitôt pour parler des valeurs du catharisme : « Retrouver la part de bonté, d'authenticité qui est en chacun de nous, s'éloigner de la culture de la violence qui prévaut aujourd'hui ». Bien sûr quand on évoque aujourd'hui les Cathares, on s'arrête plus facilement à l'image d'Épinal et l'on ne va guère plus loin qu'une évocation de citadelles perchées sur des rochers et des combats épiques entre guerriers. Sans nier cette époque, les Cathares d'aujourd'hui plongent plus loin dans le temps et aussi reviennent vers notre présent, pour actualiser nos connaissances sur le phénomène cathare, les remettre en perspective, au-delà des clichés. Les historiens cathares dénient le terme d'hérésie : « Le catharisme, dit Éric Delmas remonte au christianisme du début. Il n'est pas apparu comme cela, par enchantement au Xe siècle. Simplement, dès le départ, des chrétiens ont pris des voies différentes : une branche s'est attachée à convertir les juifs, l'autre a décrété qu'être chrétien c'est ne pas être juif. » Bien entendu un dogme ne peut se satisfaire de ce genre de situation. Un dogme c'est fait pour formater, comme une entreprise essaye de s'imposer, en leader incontournable sur les marchés. L'Inquisition a été un outil redoutable de cette politique. Et les Cathares dans tout ça ? Ils ont survécu à travers le temps, des groupes continuent d'affirmer leur foi cathare, malgré les persécutions. « Tant qu'il y aura des hommes pour y croire… » C'est la conclusion d'Éric Delmas.

dimanche 27 mai 2012

VENDREDI 1er JUIN CHEZ EMMA




Les premiers participants au Colloque RLC, édition 2012, pourront se retrouver chez Emma (A La Reine du Château) à partir de 19 heures pour un dîner rapide et amical. Rendez-vous sur place, et pour les papamobiles, il y a un parking.

Vous pourrez goûter :

la morue de la Salz,

les anchois du ruisseau des couleurs,

la friture d'ailes d'Encantadas sauce béarnaise,

les pieds pannés d'oursons de l'Ariège.

A vendredi les amis.

Phil

RETOUR EN FORET D'ORIENT

Le trésor des Templiers, source inépuisable d'inspiration

Publié le samedi 26 mai 2012 à 10H28 - Vu 15 fois
 
C'est par un beau soleil que les dessinateurs Denis Falque et Pierre Wachs  ont redécouvert les sites magiques de leur bande dessinée
C'est par un beau soleil que les dessinateurs Denis Falque et Pierre Wachs ont redécouvert les sites magiques de leur bande dessinée

La Loge-aux-Chèvres - Denis Falque et Pierre Wachs, auteurs du « Triangle secret », sont venus s'imprégner de l'ambiance fantastique des étangs qui les a inspirés La Loge-aux-Chèvres - À l'occasion du 700e anniversaire de l'abolition de l'ordre des Templiers, Didier Convard et deux des dessinateurs de la bande dessinée Le Triangle secret, étaient présents dans l'Aube à la médiathèque de Troyes.
Toutefois, le récit romanesque, bâti sur l'interprétation de certains faits historiques, repose sur des références précises. Ainsi, Denis Falque et Pierre Wachs sont venus se replonger dans une ambiance de mystère et de récits plus ou moins fantastiques au bord de l'étang de la Petite-Chaussée et du Grand-Étang de la Loge-aux-Chèvres, lieux dans lesquels ils ont puisé leur inspiration.
Ils étaient accompagnés des initiateurs de cette rencontre, Vincent Paris et Marie-France Solignac, deux passionnés de bandes dessinées et animateurs de l'association Bulles de Troy, ainsi que de Gérard Schild, narrateur invétéré du patrimoine troyen et aubois.
La légende raconte que c'est sous ce grand étang, datant de l'époque des Templiers, que le trésor de cet ordre se trouve enfoui et, avec humour, Pierre Pescarolo, a rappelé « que celui qui, un jour, verrait sauter une carpe doré tenant dans sa bouche une pièce d'or aurait alors découvert le lieu où repose le fameux trésor ». Mais rien n'a encore révélé une présence quelconque de cassette.
Si Denis Falque et Pierre Wachs ont retrouvé cette nature où imagination et réalité se mêlent intimement, le mystère du trésor reste entier...

samedi 26 mai 2012

LES VERNISSAGES DU KARDINAL : LE 9 DE PIQUE



Pour tous les amateurs, et les autres, très belle expo sur Jean
Meckert/Jean Amila, grand auteur de polars et de littérature populaire, un nom qui
évoque pour tous les amateurs de SF un unique roman intitulé "Le 9 de pique",
sorti au Rayon fantastique, réédité chez Néo, l'occasion de découvrir le
manuscrit d'un second roman de SF inédit. A voir à la BILIPO, 48-50 rue du
Cardinal-Lemoine, 75005 Paris, du 25 mai au 13 octobre 2012.

Jean-Luc Rivera

LA VOIE D'HERMES




L'équipe de l'IESR a le plaisir de vous inviter à la présentation de l'ouvrage La voie d'Hermès, pratiques rituelles et traités hermétiques (Brill, 2012) en présence de son auteur, Anna Van den Kerchove.
Le discutant sera Constantin Macris (LEM, CNRS).
Mercredi 13 juin 2012, à 18h30, à l'IESR
Présentation de l'éditeur :
Les écrits hermétiques transmis en grec, latin et copte (Corpus hermeticum, Asclepius et les trois textes hermétiques du Codex VI de Nag Hammadi) sont les témoins de différents courants religieux qui relèvent de la tradition hermétique, entre le IIe et le IVe siècle. Ces courants appartiennent à un milieu de sagesse égyptien, tout en mêlant tradition égyptienne et tradition grecque, et proposent une voie de salut, la voie d’Hermès. Ce volume est la première monographie qui étudie les pratiques rituelles et leur place dans la voie de salut. À partir de la documentation grecque, latine et copte, sont tour à tour analysés les sacrifices, les prières, le baptême dans le cratère, la régénération et les visions. Une place importante est accordée à la pratique didactique, qui participe à la formation spirituelle du disciple, notamment par le biais d’exercices spirituels. Ce livre étudie aussi la manière dont au moins certains auteurs s’intègrent dans les débats philosophico-religieux de leur époque. Il intéressera aussi bien les historiens de la fin de l’Antiquité, les historiens des religions que ceux de la philosophie.

Présentation complète : http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index6727.html
Entrée libre
Adresse de l'IESR :
14 rue Ernest-Cresson (porte cochère verte à gauche) Paris 14e. Métro Denfert-Rochereau / Mouton Duvernet
__._,_.___
Une info d'Emmanuel Thibault

LES ZONES D'OMBRE DE RENNES-LE-CHATEAU



Une réalisation de David Galley bientôt en DVD

vendredi 25 mai 2012

LA SORCIERE EGYPTIENNE D'AUDREY


RENCONTRES CATHARES

Quatrièmes Rencontres Cathares à Roquefixade ce week-end
24/05/2012 | 19:54
 
 ARIEGE NEWS
 
 
© MidiNews 2012



Les 26 et 27 mai prochains, Roquefixade accueillera les Quatrièmes Rencontres Cathares.

Initiées par Yves Maris, philosophe cathare et maire de Roquefixade décédé en juillet 2009, ces journées perdurent grâce à «Culture et Études Cathares»

Association sans but lucratif, «Culture et Études Cathares» a été créée à l’occasion de la troisième Rencontre de la diversité cathare.

Il s'agit d'un outil destiné à permettre «la mise en valeur de la culture relative à la religion chrétienne cathare et à favoriser la recherche documentaire et les études des pièces permettant d’en rendre, le plus fidèlement possible, la réalité historique et le contenu doctrinal»

Eric Delmas, secrétaire de l'association explique: «après des années de recherches et de traduction des sources disponibles, après un vrai travail d'exégèse des documents rejetés par les historiens décidés à traiter le catharisme en dehors de tout contexte religieux, les intervenants montreront que le catharisme n'est pas un phénomène médiéval apparu ex abrupto au Xème siècle et disparu en Bosnie au XVème siècle.

Ils montreront qu'il est profondément enraciné dans un choix religieux authentique et original qui s'est très vite détaché du modèle de l'époque et qui a fait scission avec un judaïsme qui tolérait que Dieu puisse avoir une part de responsabilité dans le mal qui submergeait le monde.

Nous suivrons ces hommes porteurs d'une spiritualité détachée du monde à travers les siècles jusqu'à leur développement dans la Bulgarie médiévale.

De la même façon, nous verrons comment les réprouvés et les victimes de la croisade et de l'Inquisition ont quitté la région dès le XIIème siècle pour s'installer à distance de la répression et sont devenus le plus souvent des réprouvés là où ils se trouvaient.

Cagots et Agotes sont la preuve de la persistance de la pensée cathare bien après sa prétendue disparition.

Leurs souffrances ont perduré jusqu'au XXème siècle et c'est à un chercheur basque que nous devons de les voir dans leur vérité
»

Les Rencontres débuteront samedi 26 dès 9h du matin, avec la présentation de la journée par Bruno Aguirre.

Pour plus de renseignements: http://www.catharisme.eu

jeudi 24 mai 2012

ACTES DU COLLOQUE RLC 2011




Les Editions de l’œil du Sphinx ont le plaisir de vous annoncer la sortie du volume 2011 des « Actes du Colloque d’Etudes et de Recherches sur Rennes-le-Château ».
SOMMAIRE
Introduction, Yves Lignon
- Le Felibrige, Prosper Estieu et rennes-le-Château par Jean Fourié
- Le Bugarach et les médias par Thomas Gottin
- Edouard Auriol, éléments biographiques par Laurent Buchholtzer
- Chroniques Castelrennaises par Daniel Castille
- Jean de l'Ours par Geneviève Beduneau
- La Maison Giscard par Marie-Christine Lignon
Prix Bérenger 2011
Annexes
Annexe I, Interview de jean Fourié par Patrick Mensior
Annexe II, L'abbé Saunière et les sociétés savantes de son temps par Jérôme Choloux
Annexe III, Ruheloses Leben, Rudolf Rahn par Paul Rouelle
Annexe IV, Bibliothèque de Bérenger 2009
Une encyclopédie raisonnée de « saunièrologie » : sommaire des Actes du Colloque


188 Pages, 18,25 € plus 4,20 € de frais de port, soit chez l’éditeur (www.oeildusphinx.com), soit à l’Atelier Empreinte (www.atelier-empreinte.fr). Bientôt disponible également sur Amazon.

RENNES-LES-BAINS, ça bouge !

Limoux

Les animations du week-end

Le 24/05/2012 à 06h00 par Correspondant
RENNES-LES-BAINS


Après le week-end dernier très animé en Haute-Vallée et particulièrement à Rennes-les-Bains, les animations de la station thermale, lors de ce week-end de Pentecôte sauront encore faire apprécier la ville.
Le vendredi 25 mai : fête des voisins avec Anim'à Rennes. A 19 h, le repas collectif est ouvert à tous au jardin des deux Rennes.
La condition : chacun apporte un plat, une boisson et ses couverts. L'inscription à Ecla est souhaitée et gratuite. Le soir à 21 h, soirée théâtre "Au menu ce soir", avec la troupe d'Ici, au foyer municipal (participation au chapeau).
Une heure trente de rires et de fou-rires à partager le samedi 26 mai au fil d'une après-midi et une soirée cinéma, présentée par Debowska Productions.
Le programme est disponible à Débowska Productions. Les séances ont lieu à 17 h 30 et 20 h 30 au foyer municipal, l'entrée est fixée à 5 .

MORT A CREDIT

Limoux

Opération "Mort à crédit"

Le 24/05/2012 à 06h00 par Bruno Coince
 Philippe Marlin ne manque pas d\'estomac
 
 
Philippe Marlin ne manque pas d'estomac  © .Photo N.VdB
Le 21 décembre au soir, dans l'un des deux restaurants de Bugarach, on va se payer un de ces gueuletons, genre 'génocide de canards' : foie gras, confits... Comme ça, si la fin du monde a lieu, on aura mangé gratis. Sinon, eh bien nous aurons joyeusement ripaillé !".
Philippe Marlin, qui dirige les éditions "L'Œil du Sphinx", de même que deux librairies sises à Rennes-le-Château et Rennes-les-Bains, n'est pas du tout impressionnable.

mercredi 23 mai 2012

L'ABBE CUIRO

Camélas

TV3 fait revivre le destin fabuleux de l'abbé Ciuro

Le 23/05/2012 à 06h00 par J. M.
Un acteur catalan jouant le personnage de l\'abbé Cuiro à la chapelle Saint-Martin de la Roca à Camelas.
Un acteur catalan jouant le personnage de l'abbé Cuiro à la chapelle Saint-Martin de la Roca à Camelas.  © Photos Frédéric Vennarecci


Comment vivait-on en Pays Catalan il y a 400 ans ? C'est autour de cette problématique passionnante que la télévision catalane, TV3, tente de répondre dans une fiction qui sera diffusée en septembre prochain. Sur les conseils de Joan Peytavi, docteur et historien du peuple catalan à l'université de Perpignan, l'équipe de télévision a posé ses valises à la chapelle Saint-Martin de la Roca depuis quelques jours pour y réaliser une fiction historique autour de cette thématique. Il faut dire qu'il y a 400 ans, un abbé, le prêtre Honoré Cuiro, avait entrepris de reconstruire la chapelle au-dessus du village de Camelas et où il avait écrit plus de 600 pages manuscrites sur la vie à cette époque, entre 1 637 et 1 664. En effet selon l'historien, "ce trésor littéraire et historique décrit dans les moindres détails la vie quotidienne au XVIIe siècle en Roussillon. De la culture de la vigne et des productions fruitières en passant par la gastronomie locale, l'histoire des différentes familles mais également les fêtes de village, les rivalités entre les différents mas, les guerres de clochers, l'épidémie de la peste qui touche le Roussillon, les mariages, les enterrements, les naissances, les exécutions capitales, les prières, le travail des maçons et des artisans au village. Le corpus est d'une valeur inestimable pour les historiens".
Un lieu idyllique et chargé d'histoire
L'équipe de télévision, à l'aide de comédiens d'une troupe de théâtre médiévale et au travers de conversation avec Joan Peytavi, nous plonge donc durant cinquante minutes sur la vie de l'abbé et sa volonté farouche pour la construction de la chapelle. "C'est un personnage incroyable qui selon ses écrits a vécu la plus belle période de sa vie quand il a pris résidence dans la chapelle. Alors que le monde se défait à ses pieds avec la guerre de trente ans qui fait rage sur la plaine et qui déchire toute l'Europe, lui n'a qu'une seule obsession, trouver des fonds et de l'aide pour la chapelle par n'importe quels moyens". Malheureusement, Honoré Cuiro s'arrêtera d'écrire vers 1664, dix ans avant sa mort. "Pas qu'il n'avait plus de temps ou qu'il était en mal d'inspiration mais pour la simple et bonne raison qu'il n'avait plus de papiers".
Très connu des randonneurs pour la beauté des lieux et des paysages, la chapelle Saint-Martin de la Roca a été aussi choisie par la télévision catalane pour la beauté des lieux. Effectivement, en haut de la chapelle restaurée en 2004 par la mairie, les paysages sont idylliques avec une vue imprenable sur le Canigou mais aussi le Bugarach et les Corbières, la chaîne des Albères puis l'ensemble de la plaine du Roussillon. Un lieu apaisant, propice à la méditation et à l'écriture et qui sera le cadre de cette fiction épique au plus grand bonheur de tous les amoureux d'histoire et du patrimoine roussillonnais.

GIACOMETTI & RAVENNE A AGEN

06h00
Par Recueillis par Maryan Charruau
0 commentaire(s)
Agen

SUD OUEST

Quatre auteurs de polar en quête de libre parole

La librairie Martin-Delbert ouvre son espace polar aux débats entre auteurs.

Jacques Ravenne et Éric Giacometti écrivent à quatre mains la série des aventures d'Antoine Marcas dont le dernier tome s'intitule « Le Septième Templier ».

Jacques Ravenne et Éric Giacometti écrivent à quatre mains la série des aventures d'Antoine Marcas dont le dernier tome s'intitule « Le Septième Templier ». (Photo Philippe Matsas)

Partager

 
Envoyer à un ami
 
Imprimer
Pas de polar sans intrigue ! Pas de création sans inquiétude. Frédéric Delbert allie les deux à l'occasion de l'organisation d'un débat, le premier, entre quatre auteurs, sur le thème du roman policier. Le patron de la librairie Martin-Delbert se jette dans l'inconnu avec l'espoir de regrouper des auteurs et des lecteurs et pas seulement des passionnés de polar.
Ce débat se tient aujourd'hui, à 18 h 30, à la librairie, dans l'espace polar spécialement aménagé. Le maître de cérémonie et animateur a pour nom l'auteur lot-et-garonnais Michel Gardère. Son rôle sera de veiller à ce que chaque écrivain s'exprime, à savoir Fabrice Bourland, David S. Khara, Sire Cédric et Éric Giacometti.
Rencontre avec cet auteur de thriller dont la particularité est de proposer une série sur les enquêtes menées par Antoine Marcas, livres écrits à quatre mains avec Jacques Ravenne.
« Sud Ouest ». Existe-il une ou plusieurs définitions du roman policier ?
Éric Giacometti. C'est un roman qui procède de l'élucidation d'un mystère. Mystère dont la nature est multiple par essence : crime, secret perdu, complot, etc.
Si vous aviez à définir l'esprit qui anime vos romans ?
Ils entrent dans la catégorie du thriller ésotérique, la recherche d'un secret, avec comme particularité d'avoir comme héros un flic franc-maçon, et fier de l'être. Antoine Marcas fait entrer les lecteurs dans les loges…
Pourquoi ce choix du roman historique… en lien avec le passé et le monde d'aujourd'hui, et classé dans la case thriller ?
Par plaisir. L'histoire est la porte d'entrée obligée quand on s'intéresse à l'ésotérisme. Et puis, rechercher le trésor des templiers en se mettant dans la peau des chevaliers de cette époque, un chapitre sur deux, nous paraît beaucoup plus riche.
À l'exemple de l'ouvrage « Le Septième Templier », vous en avez commis plusieurs ensemble, comment procédez-vous pour écrire à quatre mains avec Jacques Ravenne ?
Nous bâtissons un plan et un découpage des séquences de narration. Je m'occupe de la partie contemporaine, Jacques de la période historique, puis nous nous relisons régulièrement au rythme de l'écriture.
Comment est venue l'idée de ce procédé d'écriture ?
Au fil des aventures d'Antoine Marcas. Le premier, le Rituel de l'Ombre, incorporait de brèves incursions pendant la seconde guerre mondiale, et les lecteurs nous ont demandé d'amplifier ces failles temporelles.
Appréciez-vous, à titre de lecteur, d'autres styles de roman noir ?
J'aime les auteurs de polar quand ils créent une ambiance, une atmosphère mais je suis plus porté sur le thriller. L'intrigue et les rebondissements y sont plus soutenus. Je dévore les auteurs américains. En ce moment, c'est le dernier Grisham.
Dans quel esprit abordez-vous le débat qui se tient aujourd'hui avec trois autres auteurs ?
Avec beaucoup de curiosité. Chacun dans sa partie est un pro reconnu et on a toujours beaucoup de chose à apprendre de collègues dont le métier est de faire couler le sang.
Vos cinq auteurs de roman policier préférés ?
J'en donne trois : David S. Khara, Sir Cédric, Fabrice Bourland. Le hasard n'est-il pas merveilleux ?
Si vous deviez convaincre un lecteur qui n'est pas adepte du roman noir…
Oubliez vos préjugés… Du polar psychologique au thriller fantastique en passant par le noir pur et dur, de l'auteur régional à la star américaine, la qualité est partout.

Roman policier Ce n'est pas un effet de mode ou alors il traverse le temps. Les rompol ou polars ont toujours passionné les lecteurs. Les styles et genres, toujours renouvelés, s'y côtoient souvent avec bonheur. Le roman policier, c'est le thème du débat ce jour, à 18 h30, à la librairie Martin-Delbert. Quatre auteurs y participent : Sire Cédric, Éric Giacometti, Fabrice Bourland et David S. Khara.

mardi 22 mai 2012

LES FRIANDISES DU CARDINAL : ROSNY AINE



Nous connaissons tous "La Guerre du feu" ou "Les Xypehuz" de Rosny Aîné, beaucoup moins le reste de son oeuvre. Serge Lehman a eu l'excellente idée, soutenu par les Editions Bragelonne qui le publie, de rassembler en un seul volume les écrits préhistoriques, fantastiques et de SF de celui-ci, qui forment une sorte d' "Histoire du futur" avant la lettre, s'étendant sur plus de cent mille ans. Au total, sous le joli titre de "La Guerre des Règnes", 14 romans et nouvelles placés par l'anthologiste dans un ordre chronologique (non de date de parution mais de déroulement de l'action), débutant aux origines avec "La Guerre du feu" et se terminant avec "La Mort de la Terre", ce qui donne une vision et une lecture nouvelle de Rosny, tout à fait enthousiasmante. Suivi d'une fort intéressante postface de Serge Lehman en 25 pages, voilà un excellent livre à emporter cet été pour découvrir ou redécouvrir ce grand auteur de proto-SF que fut Rosny Aîné.

Jean-Luc Rivera

DALIDA CROQUEE PAR EL JICE


lundi 21 mai 2012

BUGARACH, JANOU TEMOIGNE

Limoux "Certains parlent de complot des Etats"

B. C.
21/05/2012, 06 h 00
Jean-Pierre Prior contemple le Bugarach depuis la terrasse de son établissement en se demandant ce qui va se passer le 21 décembre prochain.
Jean-Pierre Prior contemple le Bugarach depuis la terrasse de son établissement en se demandant ce qui va se passer le 21 décembre prochain. (© D.R) 
Il y a un groupuscule qui vient chaque année près de Rennes-le-Château. Ses membres prient toute la journée dans la forêt, habillés en blanc. Ils viennent à bord de grosses cylindrées".
Jean-Pierre Prior et sa femme Nathalie tiennent le restaurant "La Ferme de Janou" : lui s'occupe de l'élevage (il fournit notamment le grand chef Gilles Goujon, à Fontjoncouse), Nathalie assurant la gérance.
Originaires du Narbonnais, ils habitent ici depuis 1995 : "On cherchait des terres pour s'installer et la mairie de Bugarach est la seule qui nous a aidés. Elle nous a même fait un appartement !". C'était il y a seize ans... Une époque calme. Le couple savait que des légendes existaient (base de soucoupes volantes enfouie sous le Pic de Bugarach, etc.).
"En fait, c'est à partir de 2000 qu'on a vraiment vu débarquer des gens bizarres. Et pas de condition modeste ! Toujours des grosses cylindrées, souvent de marque allemande, conduites par des Canadiens, des Luxembourgeois, des Italiens, des Espagnols, des Suisses, des Finlandais, des Norvégiens, des Anglais...".
J.-P.Prior se rappelle des tout premiers : des Québécois : "Ils disaient qu'ils buvaient leur urine du matin, celle qui contient la mémoire du corps". L'une des Québécoises avouait cependant y mêler de l'orangeade "afin que ça passe mieux".
En 2002, le restaurateur se souvient d'avoir gardé les clés de plusieurs "Mercedes 500" alignées sur son parking : "Il s'agissait d'un groupe qui allait déjeuner sur le pic. Ils m'ont demandé un âne de bât pour porter la nourriture. Ils sont redescendus vers 18 h".
Un jour, il a même reçu la visite d'un homme vêtu de blanc. Il prétendait être la réincarnation de Jésus : "Il a demandé du vin pour son repas et mon fils lui a répondu en blaguant : 'Vu qui vous êtes, multipliez-le !'. Il l'a mal pris".
Voici quelques semaines, des personnes sont entrées en lui demandant si elles pouvaient déjeuner en s'éclairant avec des bougies : "Selon elles, les bougies sont bonnes pour les énergies. Mais craignant qu'ils indisposent les autres clients, je leur ai dit d'aller manger ailleurs".
Depuis novembre 2010, "suite à un article paru dans l'Indépendant à propos de la fin du monde, prévue le 21 décembre, et qui est passé en boucle sur internet, tout s'est emballé !". À tel point que Jean Prior commence à s'inquiéter. Pas pour son chiffre d'affaires : en 2012, il prévoit une augmentation d'environ 10 %. En revanche, l'état d'esprit de certains ne le rassure pas trop.
"Un Parisien m'a téléphoné pour m'acheter une parcelle de terrain pour s'y réfugier le 21 décembre avec sa famille. Je lui ai dit que la fin du monde était une plaisanterie. Il m'a rétorqué, d'un ton mauvais : 'Vous faites partie du complot des États. Vous voulez sauver votre famille, pas la mienne...'. Ce genre de réaction me fait peur. Ce type n'était pas le premier à me parler de complot. Selon lui les États se sauveraient en laissant mourir leurs peuples. Et internet relaie ce délire".
Faut-il craindre une paranoïa collective en décembre prochain ? L'hypothèse n'est plus exclue.

 

Limoux Invasion de réfugiés le 21 décembre ?

Midi Libre
21/05/2012, 06 h 00
"Ici, en hiver, il peut faire jusqu'à -15° sur le pic. Imaginez tous ces gens un 21 décembre, là-haut, avec leurs gosses... Car le village n'a pas les capacités d'hébergement nécessaires". Jean Prior s'inquiète. Les "réfugiés de la fin du monde" (appelons-les ainsi) vont-ils envahir les rues de Bugarach et les prés alentours ? Les gendarmes lui ont recommandé de rester chez lui avec sa famille le 21 décembre, et même au-delà de cette date. Pendant cette période, laisser sa maison vide ne sera pas forcément une très bonne idée. Les gendarmes ont entamé les premiers repérages : routes, chemins d'accès au village et au pic ; espaces de stationnement pouvant être piratés, etc. Ils repèrent aussi les endroits où les ondes passent pour les téléphones portables.
"Cette histoire de fin du monde prend peut-être des proportions plus conséquentes qu'on ne le suppose : à l'aéroport de Montréal, au Canada, il paraîtrait qu'un panneau vante Bugarach pour échapper à la fin du monde (lire note ci-dessous). Même les Barcelonais y croient".

dimanche 20 mai 2012

TOUS A BRUGAIROLLES


LE PERE BRUNE VU PAR AUDREY LA SORCIERE


RUE DE LA BLANQUETTE

Dimanche 20 Mai - 11:55 - Saint Bernardin
Publié le 20/05/2012 08:57 | B.C.

Limoux. La Serpent

La rue de la Blanquette inaugurée

C'était une promesse élèctorale en 2009, l'île de la Cité devrait bientôt retrouver des couleurs. / Image de synthèse, repro DDM

C'était une promesse élèctorale en 2009. / Image du studio Lignon, repro DDM
C'était l'une des promesses électorales de Jean-Christophe Casanova lors des élections municipales de 2009. Presque 3 ans plus tard, la mairie n'a pas oublié ce qu'elle avait annoncé.
Le village de La Serpent a désormais sa rue de la Blanquette.La cérémonie d'inauguration s'est faite en grande pompe, en présence du Cardinal de Sèvres, en villégiature à Limoux.






samedi 19 mai 2012

UN VIEUX MYSTERE

Un mystère vieux de... 60 ans !

 

 

Le 19/05/2012 à 06h00     
 La restauration de l\'église suscite des interrogations.
La restauration de l'église suscite des interrogations. 
 
 
Si l'histoire du trésor de Rennes-le-Château semble remonter aux temps les plus anciens, l'engouement pour ce fameux trésor est bien plus récent. Il remonte en fait aux années 50. Noël Corbu, restaurateur perpignanais achète en viager la villa Béthanie que l'abbé Saunière avait fait construire à côté de l'église. Sa légataire et ancienne bonne, Marie Dénarnaud, parle alors au Catalan du trésor de Rennes sans, bien évidemment, lui donner les clefs du mystère avant de mourir. La légende naît alors. Selon elle, l'abbé Saunière aurait trouvé un trésor et aurait ainsi pu vivre à grands frais et financer ainsi notamment les travaux de rénovation de la petite église de Rennes-le-Château. A la mort de Marie, Corbu ouvre son restaurant mais les affaires ne sont pas florissantes. Il est ami avec un journaliste de la Dépêche du Midi à qui il raconte à son tour la légende. Le journal publie alors une série de papiers sur 'La fabuleuse découverte du curé aux milliards'. Quelques années plus tard, Gérard de Sède publier 'L'or de Rennes', un ouvrage qui suscite de nombreuses vocations de chercheurs. Depuis, chacun développe ses propres hypothèses et trouve autant de preuves incontestables tant sur les décors des églises de Rennes-le-Château ou de Rennes-les-Bains, que dans les architectures de la villa ou les livres écrits par les abbés du secteur qui auraient voulu transmettre le secret. Certains, certainement plus cartésiens, se sont même attelés à démontrer les failles du mythe. Ce qui ne décourage pas les chercheurs les plus assidus qui ne lâchent rien. Ils décortiquent, analysent, interprètent et explorent depuis des années sans se lasser ni vraiment savoir ce qu'ils cherchent. L'inconnu demeure effectivement sur l'origine même du fameux trésor : s'agit-il de celui des Cathares, des Wisigoths ou plus simplement de textes de la plus haute importance ? Là encore, les hypothèses diffèrent. Mais qu'importe. Rennes-le-Château reste aujourd'hui très fréquenté, tant par les touristes, les simples curieux que les plus assidus. Le mystère plane encore et n'a visiblement pas fini de faire parler de lui.

NOUVELLES DU FRONT DES ANTI-PAILLOUX DE RENNES-LES-BAINS

Limoux

Pétition contre les "marginaux" : une conseillère municipale réagit

Le 19/05/2012 à 06h00
RENNES-LES-BAINS
Dans notre article intitulé "La tension monte entre ' marginaux' et locaux" paru le 17 mai, nous évoquions l'existence d'une pétition exprimant "le ras-le-bol (des signataires) de voir leur village envahi par des jeunes qui ne veulent pas travailler et viennent afin d'échapper à toutes obligations (...)». Dans notre article, nous écrivions que cette pétition avait été lancée en mars par des habitants du village, "parmi lesquels des membres du conseil municipal".
Réaction du conseil
Évelyne Codina, conseillère municipale chargée de la communication, a souhaité réagir à propos de l'article du 17 mai.
"Vous écrivez '... des habitants du village, parmi lesquels des membres du conseil municipal, ont décidé de lancer une pétition...'. C'est absolument faux. Nous vous précisons que cette pétition adressée au maire et au conseil municipal a été remise en séance de conseil par un représentant des pétitionnaires. Cette pétition demande au conseil de bien vouloir réagir rapidement afin que cesse une situation dans le village que les signataires considèrent comme intenable (...) Le conseil municipal a pris très au sérieux les griefs de cette partie de la population que nous ne qualifierions pas d''autochtone' (...). Parmi les signataires on peut compter certes des anciens du village, mais aussi des jeunes et moins jeunes arrivés à Rennes-les-Bains depuis de nombreuses années, qui se sont intégrés à notre commune avec le temps et qui aujourd'hui la constituent. Il ne s'agit donc pas d'un contentieux entre ' jeunes' et ' anciens', mais entre des habitants d'origines diverses et de récents nouveaux venus dont la façon de vivre diffère au niveau des valeurs. Ce sont justement certaines des valeurs fondamentales du 'bien vivre ensemble' que le conseil municipal a décidé de remettre au goût du jour pour que tous ceux qui les partagent se retrouvent, nouveaux venus ou autochtones, jeunes et moins jeunes dans le respect, la légalité, le civisme, et la solidarité".

DES SOUS......... POUR RENNES-LE-CHATEAU

Rennes pratique

Le 19/05/2012 à 06h00
La visite du Domaine Bérenger Saunière comprend : le presbytère, la villa Béthania et son Oratoire, les jardins, la Tour Magdala et l'Orangerie. Tarif normal : 4,50 euros par personne.
L'entrée de l'église est gratuite, en revanche il n'est plus possible de visiter le cimetière attenant. Le domaine est ouvert tous les jours de 10 h à 18 h15 jusqu'au 30 juin et de 10 h à 19 h 15 entre le 1er juillet et le 12 septembre.
Par ailleurs, face à l'état de délabrement de la villa et de la tour Magdala, la mairie de Rennes a lancé un appel aux généreux donateurs via une souscription publique ( renseignements sur le site officiel de la mairie : rennes-le-chateau.fr).