Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 30 octobre 2012

LA FIN DU MONDE EN DIRECT A LA TV

bugarach.jpg
Les Mayas l’ont prédit : la fin du monde est prévue pour le 21 Décembre 2012... Explosion nucléaire, catastrophe climatique, virus mortel...une chose est sûre : nous ne serons plus là pour le raconter !

Selon la rumeur, seul sera épargné par cette prédiction « Bugarach », un village paisible d’environ 200 habitants situé dans l’Aude. Il attire depuis peu des curieux du monde entier car selon une croyance répandue et diffusée sur la toile, il sera le seul endroit sur Terre à échapper à l’apocalypse.

C’est donc à Bugarach que Mathieu Madénian et Thomas VDB vous proposent de vivre votre ultime prime-time avant la fin du monde dans "Buagarach : l'ultime prime-time" qui sera diffusé le vendredi 21 décembre à partir de 20h45 sur La chaîne de la fin du monde by Syfy.

Au programme : des invités, des reportages, une immersion accélérée au sein de Bugarach pour vivre ensemble les derniers instants de la planète. Bref, vous retrouverez des séquences inattendues, à la fois loufoques et réelles, le tout sur un ton décalé !

PLUS BELLE LA VIE A BUGARACH

Plus belle la vie s’intéresse à la fin du monde

Que ferez-vous le 21 décembre 2012, date annoncée de la « fin du monde » ? En tout cas, nous sommes en passe de savoir ce que feront nos héros de Plus belle la vie, puisque la production prépare pour l’occasion un épisode spécial !

Pour l’heure, on ne sait pas ce que nous réserve la prod’, une chose est sûre : cet épisode devrait rester dans les annales du feuilleton phare de France 3. Le tournage a été effectué à Bugarach, petite commune de l’Aude mondialement connue puisque, selon les croyances, elle serait le seul lieu qui échappera à la fin du monde.
Au casting, nous retrouverons Zara Prassinot (alias Elise), Quentin Santarelli (Paul), Adrien Schmuck (Cédric) ainsi qu’une petite nouvelle, à découvrir prochainement…

lundi 29 octobre 2012

ON SAURA TOUT SUR LE BUGARACH

Nicolas d'Estienne d'Orves, rendez-vous à Bugarach

Par , publié le
Le village de la fin du monde. Pour certains ésotéristes crédules, Bugarach serait le seul endroit du monde où l'on ne mourra pas le 21 décembre 2012.

S'ils ont raison, il ne nous reste que quelques semaines à vivre. Et pour lire cet ouvrage. C'est pourquoi il est temps de le présenter. Nombreux sont ceux, en effet, qui pensent que la fin du monde est pour le 21 décembre prochain. A tout le moins, cette date imminente verra la fin d'un cycle dans le calendrier maya. Toutes les chapelles de la pensée ésotérique et du catastrophisme grattent le moindre signe qui pourrait illustrer la thèse apocalyptique. Car la fin du monde le 21 décembre 2012, c'est avant tout une hypothèse. A Bugarach, comme ailleurs.
Pourquoi Bugarach ? Parce que ce petit village de l'Aude serait le seul endroit du monde où l'on ne mourra pas. Depuis deux ans, ce village de deux cents âmes a vu débarquer des foules de touristes... et d'acheteurs qui veulent venir y survivre. Selon un témoin cité dans le nouveau livre de Nicolas d'Estienne d'Orves, les chambres d'hôtes locales naguère occupées "avant tout par des randonneurs" sont "désormais occupées à 68 % par des ésotéristes". Le pic de Bugarach, culminant à 1 230 mètres et faisant la réputation du village, est pris d'assaut par des touristes : il abriterait un garage à extraterrestres, et ses pierres auraient des pouvoirs magiques...
Pourquoi Bugarach ? C'est la question que s'est posée Estienne d'Orves, en fin d'été 2011. Après qu'un éditeur (Charles Dantzig) la lui a posée par téléphone, en vue de lui faire écrire l'histoire. Piqué au vif, le romancier a répondu à la commande. Résultat : un journal de bord saisissant. Il commence comme une enquête de l'auteur. Il dut lui aussi se renseigner sur le mayanisme et sur les dimensions historiques de cette croyance, entrer en relation avec les élus, les habitants, ou des historiens, des ufologues et des ésotéristes. C'est alors que s'ouvre la seconde dimension du livre, où les intervenants se révèlent plus "allumés" les uns que les autres. L'un est persuadé qu'"ils" l'écoutent, et change de numéro pour se faire joindre par Estienne d'Orves ; l'autre écrit au maire pour demander une vierge noire qu'il a oubliée au pic ; un autre encore veut organiser un Bugarach Music festival pour contrer les énergies négatives du 21 décembre.
Estienne d'Orves a écrit deux histoires. D'une part, le portrait d'un village catalan du XXIe siècle, avec ses habitants, ses coutumes, sa façon de vivre. D'autre part, le récit, très pédagogique et très barré, de la naissance et de la vie d'une rumeur, en l'occurrence celle de l'Apocalypse. Maintenant, on sait "pourquoi Bugarach". On sait surtout pourquoi la question se pose.

LE CALENDRIER POST-APOCALYPSE EST PRÊT

El Jice a pris des risques ; mais son calendrier Odésien 2013 est désormais prêt.

On le commande pour 25 € (port compris) chez

AODS

36.42 rue de la Villette

75019 Paris



dimanche 28 octobre 2012

LE SALON DU VAMPIRE SACRE D'ELVEN EST ANNONCE


MANQUAIT PLUS QUE CELA


Toute l’actualité
Des télescopes condamnés à s'écraser sur la Lune
La Suisse augmentera ses forces militaires
Le tribunal de Vienne a rendu l’argent volé d’une banque à l’organisateur du vol
Un satellite soviétique pourrait tomber sur Terre avant la fin du Monde
Le chef d 'Al-Qaïda appelle Obama à reconnaître sa défaite

Un satellite soviétique pourrait tomber sur Terre avant la fin du Monde

 
27.10.2012, 19:54
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog
Un satellite soviétique pourrait tomber sur Terre avant la fin du Monde

Photo : SXC.HU
Le satellite « Kosmos-1484 », lancé par l’Union Soviétique il y a près de 30 ans, pourrait tomber sur Terre d’ici deux mois environ. Selon les prévisions des spécialistes, l’appareil pourrait entrer dans l’atmosphère vers le 19 décembre, deux jours avant la date de la fin du Monde annoncée par le calendrier du peuple Maya.
Selon l’expert américain Philip Clark, une explosion de batterie s’est produite sur ce satellite en octobre 1993. Les militaires américains ont suivi la trajectoire des 48 fragments, qui sont entrées dans l’atmosphère, mais en tombant sur Terre n’ont pas causé de dégâts importants. Il est difficile de dire pour l’instant quelle partie de l’appareil qui pèse 2,5 tonnes va se retrouver dans l’atmosphère en décembre.

PREMIERES LOGES AU BUGARACH

27 octobre 2012 à 17h47

Apocalypse 2012: aux premières loges de la fin du monde


Rivière-du-Loup - Comment échapper à la fin du monde, le 21 décembre prochain? Rendez-vous à Bugarach, en France!

Difficile d’imaginer qu’avec ses 1231 mètres de haut, le pic de Bugarach (et le village du même nom) puisse échapper à un scénario catastrophe façon déluge. Pourtant, de nombreux «survivalistes» croient que ce petit sommet des Corbières résistera à l’apocalypse prévue pour le 21 décembre prochain.

De fait, depuis des siècles, le mont Bugarach fait l’objet de croyances surnaturelles. On lui a d’abord prêté des pouvoirs telluriques en raison de sa géologie particulière. Plusieurs y ont vu en effet une montagne inversée, il y a de ça des millions d’années, suite à une gigantesque explosion.

En réalité, ce massif est né, comme les proches Pyrénées, voilà 45 millions d’années lorsque les plaques ibériques et européennes se heurtèrent. Les couches sédimentaires se sont plissées, puis cassées et enfin chevauchées de sorte que les calcaires du Jurassique (-200 à -135 millions d'années) reposent désormais au-dessus de couches plus jeunes, des grès et des marnes du Crétacé (-135 à -65 millions d'années).

Le prétendu magnétisme de Bugarach en aurait fait un haut lieu vibratoire connu des templiers… et dérèglerait encore aujourd’hui les appareils électroniques. Les Wisigoths y auraient enterré l’Arche de l’Alliance. Et Jules Verne s’en serait inspiré pour imaginer l’entrée souterraine du «Voyage au centre de la Terre».

Enfin, pour d’autres, la montagne serait en fait un «sas interdimensionnel», une sorte de porte des étoiles ou un vortex énergétique qui relierait plusieurs dimensions et qui s’ouvrirait au moment du jugement dernier.

Mais la croyance la plus récente (et populaire) ferait de Bugarach une véritable arche de Noé… car cette montagne contiendrait «un garage à Ovni». Et lorsque l’heure de l’Armageddon sonnera enfin, les petits hommes verts embarqueront les Terriens réfugiés sur le promontoire rocheux en direction l’espace.

Cette théorie de la base martienne date des années 1960 avec le roman de Jean d’Argoun. Elle a aussi inspiré Steven Spielberg dans Rencontres du troisième type. De nombreux marcheurs disent avoir vu et photographié des OVNIS dans le secteur. Des scientifiques du CNRS et de la NASA seraient venus ici en mission secrète et repartis en criant «on a trouvé», laissant leur matériel derrière eux. Un (autre) complot de scientifiques?

L’avant pire que la fin?

La rumeur que Bugarach survivrait à l’apocalypse est partie il y a environ deux ans sur internet sans que nulle ne sache identifier qui l’a lancée.

Sauf que dans le village de 194 âmes, les habitants ne sont pas contents. Depuis des mois ils sont envahis par une horde de survivalistes, de curieux et… de médias, du NY Times, à CNN en passant par Aljazeera et Radio-Canada.

Le maire redoute l’arrivée de plusieurs milliers de personnes. Déjà toutes les chambres (à peine 100 lits) sont louées pour le 21 décembre. Le prix des maisons est monté en flèche ces derniers mois, au point que peu de maisons se sont vendues en réalité. Pourquoi dépenser tant d’argent si ce n’est que pour prendre un lift vers l’espace?

La journée fatidique, l’armée devrait être sur place, car on craint des vagues de suicides collectifs ou un sacrifice humain. Des gens en toges blanches ou nus se seraient déjà adonnés à des rites étranges. La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires a placé la région sous surveillance.

Les charlatans aussi sont sur le coup: vente de «véritables pierres de Bugarach» pour environ 2$ le gramme ou conservation de votre testament dans la montagne.

Le maire aussi entend profiter de cette notoriété subite: «Nous devons saisir ce moment pour nous faire connaître», a-t-il déclaré à Rue89. Il alimente la rumeur en vendant une carte postale qui représente un photomontage d’un ovni au dessus du pic et songe à un festival de l’utopie pour commémorer le 21 décembre.

Source : Matthieu Burgard, Agence Science-Presse

CROIRE A L'APOCALYPSE ?

publié le 28/10/2012 à 04:00

L’Apocalypse pour ceux qui veulent y croire

Selon le calendrier maya, la fin du monde aura lieu le 21 décembre prochain. Les scientifiques et les météorologues, eux, restent dubitatifs. Enquête sur un phénomène irrationnel.


En France, le pic de Bugarach est assailli par les personnes convaincues que l’Apocalypse aura lieu  le 21 décembre 2012. Le maire de Bugarach, Jean-Pierre Delord, essaye tant bien que mal de gérer la situation. Photo AFP
En France, le pic de Bugarach est assailli par les personnes convaincues que l’Apocalypse aura lieu le 21 décembre 2012. Le maire de Bugarach, Jean-Pierre Delord, essaye tant bien que mal de gérer la situation. Photo AFP

Les millénaristes s’en étaient déjà donnés à cœur joie lorsque l’humanité avait basculé dans le XXI e siècle. Mais une fois le réveillon franchi sans autres dégâts que la gueule de bois, il avait bien fallu trouver autre chose.
Passé le flop de l’épidémie de grippe aviaire, les Mayas sont arrivés à point nommé. Selon leur calendrier, le monde actuel s’achèvera le 21 décembre 2012.
Ce qui se passera ce jour-là ? Les astronomes mayas n’en ont rien dit, laissant libre cours onze siècles après leur disparition à l’imagination débridée des scénaristes et aux fantasmes.
Peine perdue pour ceux qui croient lire dans leur bulletin météo les signes annonciateurs du cataclysme final : il n’y a pas plus de tempêtes ou de tornades en ce début de XXI e siècle qu’autrefois (lire ci-dessous)…
Et l’anéantissement final ne devrait pas plus venir de l’Espace.

Beaucoup de questions

En la matière, tout est certes affaire de statistiques mais « la probabilité pour qu’un corps céleste de plus d’un kilomètre de diamètre heurte la Terre est très faible, de l’ordre de un tous les cent millions d’années » résume François Colas, astronome à l’Observatoire de Paris.
La dernière fois, c’était il y a 65 millions d’années : une météorite de plusieurs kilomètres de diamètre s’était écrasée dans le Yucatan, creusant le Golfe du Mexique.
Mais en décembre prochain, aucun objet de grande taille connu – et ils le sont dans leur très grande majorité – ne croisera dans les parages.
D’autres théories évoquent aussi une mystérieuse planète invisible nommée Nibiru, une inversion du champ magnétique terrestre, ou encore l’alignement des principales planètes du système solaire.
Ce dernier argument amuse beaucoup François Colas : « La force d’attraction de Jupiter est inférieure à celle d’une personne qui se tiendrait à un mètre de vous » relativise-t-il.
Pour les grandes marées, il faudra donc se contenter de l’attraction lunaire, comme d’habitude…
Restent évidemment les séismes, les tempêtes, les accidents nucléaires, les épidémies… On n’est pourtant plus là dans le registre du cataclysme global, mais dans celui de la catastrophe ordinaire.
Moins grandiose ? Sans doute, mais le soufflé apocalyptique du 21 décembre serait déjà en train de retomber : « Les gens nous ont posé beaucoup de questions, mais plus on se rapproche de la date fatidique, moins on m’en parle » conclut François Colas.
Comme quoi on peut craindre la fin du monde, et aussi avoir peur du ridicule.
J.-M. LAHIRE.

samedi 27 octobre 2012

L'APOCALYPSE A CHIMERIA (SEDAN)

Courts métrages et conférence ce week-end

Publié le samedi 27 octobre 2012 à 11H00 - Vu 10 fois

L'UNION 





Le IXe festival Chiméria qui se poursuit jusqu'au 4 novembre avec ses six expositions (salle Marcillet, château fort, maison de quartier Claude Georgin), s'ouvre cet après-midi au court-métrage. A partir de 14 heures, à l'amphithéâtre Pierre Mendès-France, des étudiants de l'EICAR (école internationale de création audiovisuelle et de réalisation) de Saint-Denis présenteront un ensemble de petits films qu'ils ont réalisés sur le thème de l'apocalypse, l'un des fils rouges du festival.
Au cours de la même séance, les festivaliers pourront découvrir le court-métrage « Tanatos Banianis » de la galerie russe Triumph de Moscou, représentée par Katya Andruschak, sa directrice.
L'entrée est gratuite.
Autre temps fort du week-end, Alain Musset, directeur de l'École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, géographe spécialiste de l'Amérique latine, et écrivain, donnera dimanche à 14 h 30, toujours à l'amphithéâtre Mendès-France, sa conférence sur « L'apocalypse comme miroir des sociétés humaines. »
Après plusieurs ouvrages de géopolitique ou de géofiction (Alain Musset s'est notamment intéressé à Coruscant, la ville-planète de la galaxie Star Wars), le chercheur vient de publier « Le syndrome de Babylone, un géofiction de l'Apocalypse. » qui étudie à travers les théories millénaristes, les menaces atomiques, les prédictions du calendrier Maya, la fascination ancestrale de l'humanité pour la fin du monde.
Alain Musset dédicacera son livre à l'issue de la conférence.
Entrée 5 euros.
D.B

ON VA VOUS FILMER A RENNES-LES-BAINS

Caméras en question à Rennes-les-bains, petit village audois

La commune audoise de 150 habitants située à 50 kms de Carcassonne sera bientôt équipée d'une vingtaine de caméras de surveillance et on en cause au village. Polémique sur fond d'élection municipale partielle.
  • Par Laurence Creusot
  • Publié le 26/10/2012 | 18:17, mis à jour le 26/10/2012 | 18:20
Rennes-les-bains, paisible village audois © France 3 Languedoc-Roussillon
© France 3 Languedoc-Roussillon Rennes-les-bains, paisible village audois


"Une caméra pour 17 habitants, c'est mieux qu'à Londres !" s'insurge une habitante de Rennes. Le projet d'installation de caméras de surveillance dans larue principale et sur la place du village mobilise les conversations.
Cinq puis dix, puis vingt. Est-ce bien nécessaire dans un village connu pour ses eaux thermales et la douceur de son climat ?
la municipalité répond oui arguant du nombre croissant d'agressions.
Rep

vendredi 26 octobre 2012

21 DECEMBRE ; ON PREND SES PRECAUTIONS

Les Français stockent de la nourriture lyophilisée

Le Figaro

Tétanisés par la peur de l'avenir, les Français stockent de la nourriture en vue de faire face à une éventuelle crise dans le pays. Le secteur de la nourriture déshydratée est en plein boom.

 

Ils portent un nom, pas toujours assumé: celui de survivalistes. Ces personnes qui cherchent à se protéger d'une catastrophe économique ou naturelle susceptible de les placer dans une situation de survie. Le phénomène, bien connu outre-Atlantique, prend de l'ampleur en France, comme en témoignent les nombreux sites de conseils en survie qui émergent sur la toile ou encore le succès des programmes télévisés tels que «Man vs Wild». Cet engouement fait les affaires d'un secteur de niche: celui de la vente de nourriture lyophilisée ou aliments déshydratés qui se conservent de 2 à 25 ans.
Si les consommateurs de base restent issus d'un public «outdoor» (sportifs, militaires ou encore ONG), les particuliers sont de plus en plus nombreux. «Nous avons introduit des produits d'une durée de conservation de 10 ans et 25 ans il y a un peu plus d'un an, sous la pression de la demande. Nous avons vendu 85.000 de ces repas individuels destinés au stockage sur cette période», fait savoir Ariane Pehrson, fondatrice du site de vente en ligne lyophilise.fr né il y a deux ans et demi à Lorient, leader de la distribution de ces produits en France.
Malgré le coût des ces aliments - entre 4,50 et 6,50 euros le repas - ses clients n'hésitent pas à ouvrir leur portefeuille, comme cet homme qui a acheté pour 30.000 euros de provisions. «A ce prix, il a pris un an de stock confortable (petit déjeuner, plats, desserts) et un an de stocks de survie (un repas par jour)», précise la fondatrice du site. «Ces produits coûtent cher car la technique de lyophilisation est coûteuse. Mais pour les clients, c'est un investissement. Et ils préfèrent ces aliments aux conserves qui se périment vite et qui ne sont pas bonnes», ajoute-t-elle.

«Des gens pas du tout illuminés»

Le profil de ces nouveaux acheteurs est varié: «Des couples, des familles, des jeunes. Une minorité évoque la fin du monde à la fin de l'année 2012, mais la grande majorité achète au cas où il y aurait une crise grave ou une catastrophe naturelle qui paralyserait la distribution. Ce sont des gens pas du tout illuminés, très rationnels mais aussi très discrets, qui ne veulent pas forcément que le voisinage sache qu'ils stockent», remarque Ariane Pehrson, qui a vu ses ventes faire un bond après la catastrophe de Fukushima. «La France ne fait qu'entrer tardivement dans un phénomène déjà très rependu en Grande-Bretagne ou en Allemagne», explique-t-elle. «Les Français comprennent qu'ils ne peuvent pas toujours compter sur le système en cas de problème».
Pour le moment, le secteur de la nourriture de stockage en France est difficilement chiffrable car «c'est un marché tout neuf, très dispersé et très discret», selon la patronne de lyophilise.fr. Seule certitude: sa croissance est très forte. «Les particuliers qui stockent de l'alimentaire représentent aujourd'hui 40% de notre chiffre d'affaires, un nombre en constante augmentation», affirme la patronne de lyophilise.fr. Sa plateforme est actuellement la seule à regrouper les produits de plus de 15 fournisseurs différents, dont les très recherchés suisse-allemand Katadyn et la filiale britannique de l'américain Mountain House, références mondiales de la nourriture lyophilisée très longue durée. «En France, nos ventes ont doublé en un an», assure Nathalie Joubert, responsable marketing de Katadyn France. «Nous avons du mal à faire face à la demande. Les ventes augmentent de 200 à 300% chaque année», confirme Diana Morris, responsable chez Moutain House. Les concurrents (Décathlon et Au vieux Campeur notamment) restent pour l'instant tournés vers de la nourriture à conservation courte durée. En attendant une concurrence plus accrue, Ariane Pehrson se dit «confiante» dans l'avenir.
LIRE AUSSI:
» Les Mayas n'ont pas prévu la fin du monde pour 2012

VOL A BUGARACH

Limoux

Le panneau de Bugarach volé pour la troisième fois

Le 26/10/2012 à 06h00 par Bruno Coince
Le nouveau panneau est arrivé et sera bientôt posé.
Le nouveau panneau est arrivé et sera bientôt posé.  ©  Guillaume
 
"Moi, je vais le souder ce panneau et pour le voler il faudra qu'ils déterrent tout : support et socle en béton ! Mais ça fera trop de bruit et on arrivera à temps pour les arrêter !". Jean-Pierre Delord, le maire, est un peu excédé. Depuis que son village fait la une des médias planétaires, le panneau d'agglomération a été volé trois fois. Or un panneau de ce genre coûte à lui seul 225,32€ hors taxe ; le support 415,05€, et la pose 500 € (préparation du béton, creusement du trou, la main-d'oeuvre, aller-retour en camionnette). Si on fait l'addition, la somme est croquignolette. Et pour Bugarach, il faut la multiplier par trois ! "Ma commune est pauvre", lance le maire, "on a 300 000 € de budget annuel de fonctionnement pour à peine 200 habitants. Faites le calcul ! De toute façon, je vais faire payer un droit à l'image dès qu'on voudra filmer Bugarach !". Une employée de l'entreprise Signaux Girod, à Trèbes, qui fournit les panneaux d'agglomération, déclare sans illusion : "Si le panneau est soudé, c'est bien. Mais il est arrivé que les voleurs arrachent tout, même le socle en béton". La fin du monde, beaucoup de gens y croient, jusqu'à tomber dans le panneau. De là à le subtiliser...

jeudi 25 octobre 2012

Philip K. Dick dans la France des Profondeurs


À Beaucouzé et Bouchemaine, les rencontres du festival Zone B - Beaucouzé

samedi 20 octobre 2012
Le festival Zone B veut faire la promotion de la science-fiction, tout en la confrontant à la réalité. Repères
Quatre temps forts
« Vers l'infini et au-delà »... Après la pénurie énergétique en 2010 et les dérives sécuritaires en 2011, Zone B, 3 e édition, refuse la fin du monde en 2012 et part en voyage. Quatre temps forts marqueront l'événement : une soirée découverte, une soirée cinéma et deux soirées rencontres.
Populariser la science-fiction
Du 24 au 27 octobre, les médiathèques de Beaucouzé et Bouchemaine invitent le public à venir assister gratuitement à des animations permettant de construire des ponts entre la science-fiction et la réalité. « L'objectif est de populariser cette littérature en confrontant l'imaginaire des romanciers à la réalité de la science », expliquent Edouard Lavaud et Fabien Ménard, les responsables des deux médiathèques. « Deux soirées seront consacrées à Philip K. Dick pour célébrer les 30 ans de sa mort et deux rencontres-débats mettront en scène deux grands écrivains français, Laurent Genefort et Pierre Bordage. »
Deux scientifiques sont également invités. Chaque rencontre sera animée par Jérôme Vincent, fondateur du site Internet ActuSF.
Le programme
Mercredi 24 octobre, à 20 h 30, à la médiathèque de Beaucouzé. Etienne Barillier, enseignant, spécialiste français de P. K. Dick et auteur du Petit guide à trimballer de Philip K. Dick (Editions ActuSF) viendra présenter l'oeuvre et la vie de ce romancier considéré comme le plus grand auteur de science-fiction.
Jeudi 25 octobre, à 20 h 30, à la médiathèque de Beaucouzé. Rencontre-débat avec Laurent Genefort, auteur de Mémoria (Le Belial, 2008) et Virginie Martin-Lavaud, docteur en psychopathologie et psychanalyste.
Vendredi 26 octobre à 20 h 30, à la médiathèque de Bouchemaine. Rencontre-débat avec Pierre Bordage, auteur d'Abzalon (L'Atalante, 1998) et Daniel Suchet, doctorant en physique quantique à l'École normale supérieure et médiateur scientifique au Palais de la Découverte de Paris.
Samedi 27 octobre, à 20 h 30, à la médiathèque de Bouchemaine. Sur grand écran, trois films adaptés de l'oeuvre de Philip K. Dick, en partenariat avec le Cinéclub de Bouchemaine : A Scanner Darkly, film d'animation de Richard Linklater avec Keanu Reeves, Total Recall, de Paul Verhoeven avec Arnold Schwarzenegger et Sharon Stone, Planète Hurlante de Christian Duguay avec Peter Weller.
Pour en savoir plus : http://zoneb.over-blog.org

LES FANZINES EN FOLIE A LA MEDIATHEQUE MARGUERITE DURAS

Fanzines & Graphzines / FANZINES! Festival
DATE :
HORAIRE : 10h-18h
PRIX : GRATUIT

Le Vendredi 19 octobre à 19h, le festival Fanzines! démarre sur les chapeaux de roue avec l'inauguration de 5 expositions à la Médiathèque Marguerite Duras! Venez découvrir plus de quatre cent zines du monde entier, des œuvres originales, des auteurs méconnus... et fêter le départ de trois semaines d'évènements consacrées à l'auto-édition graphique.

19 octobre au 4 novembre : Fanzines & Graphzines
- Exposition de fanzines et graphzines du monde entier.
Plus de quatre cent fanzines et graphzines du monde en
tier à découvrir et à feuilleter. Répondant à l'appel à participation lancé à l'occasion du festival, de nombreuses structures de l'édition indépendante par delà les frontières exposent leur meilleure production.
- Exposition d'oeuvres originales d'artistes de l'auto-édition.
De nombreux artistes s'impliquent dans l'édition de leurs oeuvres comme moyen de les diffuser mais aussi comme un objet de création en soi.
Avec : Chamo, Loïc Gaume, Roméo Julien, Sam Rees, Pierre Seinturier, Martha Verschaffel.
- Dans le Ciel tout va bien :
Travail d'exploration du dessin et de l'image, mené sur plusieurs années, réfléchi avec des moyens réduits : au départ, un paquet de post-it, deux couleurs et un crayon. L'exposition présentera soixante-dix dessins extrait d'une série toujours en expansion.
- Puissance ++
Projet éditorial et d'exposition réalisé pour le festival par un collectif belge réuni pour l'occasion sous la supervision de Marie Valette. 19 fanzines pour 19 jours d'exposition par 19 participants différents.

- Exposition jeunesse Lev Youdine
Lev Youdine est un peintre, illustrateur et auteur russe des années trente. Son travail pour la jeunesse est imprégné de toutes les recherches de l’avant-garde russe, auxquelles il a activement participé auprès de Malevitch ou Lissitzky.
Gérald Auclin est illustrateur et auteur de bande dessinée. Il est également rédacteur en chef de la revue DMPP où il mêle bande dessinée contemporaine et dossiers très documentés sur le travail d’illustres aînés : Jacovitti, Matti Hagelberg, Gustave Verbeek et, pour le numéro à venir Lev Youdine.
10h-18h médiathèque M. Duras, 115 rue de Bagnolet Paris 20e


Par la suite :

16 octobre - 4 novembre: exposition Dongery
Vernissage : 25 octobre 18h30
Dongery est un collectif de fanzine norvégien, fondé en 1999 et basé à Oslo, la « Capitale humoristique du monde ». Dans les douze dernières années, ils ont produits plus de cent fanzines qui seront désormais collectés et publiés dans le plus grand ouvrage de bande dessinée du monde, la Dongery Box.
11h - 20h Le Pied de Biche, 86 rue de Charonne, Paris 11e

20 octobre : Fanzines, amateurs et professionels
Rencontre autour des différentes approches de la création imprimée. Plusieurs acteurs de la scène graphique indépendante échangent sur le phénomène de l’auto-édition et ses liens avec le monde professionnel de l'édition.
15h médiathèque M. Duras, 115 rue de Bagnolet Paris 20e

27 et 28 octobre : Salon Fanzines!
Le temps d'un week-end, plusieurs éditeurs indépendants de Paris et d’ailleurs investissent la médiathèque et présentent directement leur production lors d’un marché aux livres.
samedi 27 octobre: 11h - 18h, dimanche : 13h - 17h
médiathèque M. Duras, 115 rue de Bagnolet Paris 20e

27 octobre : International Fanzines Party
Musique extatique et sautillante des 4 coins du monde.
Avec Dj Alfred Hitchcock Magazine et Dj Bonjour.
21h Le 9B, 68 boulevard de la Villette, Paris 19e

31 octobre : exposition-atelier : Lev Youdine
Gérald Auclin Illustrateur et auteur de bande dessinée présente son
illustre collègue Lev Youdine, auteur d’avant garde pour la jeunesse
dans la russie de années 30.
14 h Visite guidée 15h - 17h atelier découpage - de 8 à 10 ans

SALON FANTASTIQUE SUR LES CHAMPS

  •  

     SALON FANTASTIQUE

  • Littérature, BD, Films, Artistes...
  • Salon/Foire
  • du 25/10/2012 au 28/10/2012.
Soyez le premier à donner votre avis!
Pas du tout Un peu Beaucoup Passionnément A la folie
  • de 2,00 € à 8,00 €
Jeudi 25 de 10h à 22h Vendredi 26 & Samedi 27 de 10h à 20h Dimanche 28 de 10h à 18h
Le Fantastique sur les Champs-Élysées

La 1ère édition du Salon Fantastique

L'Association Promenons-Nous Dans Les Bois organise le Salon Fantastique pour le compte de Joël Garcia Organisation. Le Salon met à l’honneur la littérature adulte et jeunesse, la Bande-Dessinée, les films, les jeux, l’art et la fête !

Thomas John, Guillaume Besançon de l'Association, avec Joël Garcia, créent cet univers totalement dédié au fantastique pour réunir tous les fans et toucher le grand public.

Cet évènement se déroule sur les Champs-Élysées à Paris, au niveau du Grand Palais du jeudi 25 au dimanche 28 octobre 2012, de 10h00 à 20h00.

Le Salon Fantastique rend justice à la fantasy, à la science-fiction et aux jeux, en tant qu’objets culturels.
La première édition de ce salon profite du taux de fréquentation exceptionnel des Champs-Élysées pour mettre en valeur ces univers auprès du plus grand nombre. Les installations qui abritent une centaine d’exposants sont très qualitatives pour mettre en avant le monde de l'imaginaire.

Détail des tarifs:Achat jusqu'au 31/08/12 - 2€
Achat jusqu'au 31/09/12 - 3€
Achat jusqu'au 24/10/12 - 4€
Achat à partir du 25/10/12 - 8€

Gratuit pour les moins de 16 ans.