Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

lundi 30 décembre 2013

BISTROT DU 1er, Paris




01 – Bistrot du 1er (95 rue Saint-Honoré, 75001 Paris, tél 01 40 28 02 62). Attention, ici on flirte avec la perfection. Un adorable bistrot de quartier dont le patron nous arrive en direct du Lot et Garonne. La carte est un véritable poème. 



J’y ai testé la croustade de queue de bœuf au boudin, accompagnée d’un os à moelle grillé à la ciboulette. 



Délicieux. Puis j’ai goûté à la puma de pata negra ibérique, cet extraordinaire morceau de dos de cochon, particulièrement tendre. Ce plat était accompagné d’une compotée de poivrons, piments et dès de jambon. Une belle découverte. 



Faudra y retourner pour continuer à explorer les richesses de cet endroit !

samedi 28 décembre 2013

BOUDET WAS FLUENT IN ENGLISH




Octonovo me signale ce passage relevé dans L'histoire des lieux de légende, dernier ouvrage de Umberto Eco

"D’une manière générale, dans les récits de l’antiquité, quel que fût l’emplacement de l’hyperborée, elle n’était jamais désignée comme le lieu d’origine d’une race élue ; mais avec la floraison des hypothèses nationalistes sur les origines des langues, le grand nord se profila de plus en plus comme la patrie de la langue et de la race d’origine. Dans « The circle of Gomer », Rowland Jones (1769) soutenait que la langue primordiale était le celte, et « qu’aucune langue ne se montre aussi proche de ce premier langage universel que l’anglais (…) les dialectes et la sagesse celtiques dérivaient des cercles du Trismégiste, Hermès, Mercure ou Gomer ».

HISTOIRE DE LIRE par Philippe Curval



 Les Éditions de l'OEIL DU SPHINX ont le plaisir de vous informer de la sortie de Histoire de Lire, bibliographie illustrée et commentée de Philippe Curval.

Cet ouvrage est plus qu’une bibliographie. C’est une histoire au long cours, illustrée et commentée des romans, des nouvelles, des recueils, des anthologies, des articles de Philippe Curval, établie sur la base du remarquable travail de recherche d’Alain Sprauel. Composé à partir de photos, d’illustrations, de lettres, d’entretiens et d’un choix sans concession de critiques de 1960 à 2013. Il donne à lire et à voir le parcours d’un écrivain qui a abordé et défend la science-fiction, comme une littérature à part entière.

Un gros ouvrage de 327 pages tout couleur.

ISBN : 979 - 10 - 95106 - 12 - 0

On le commande auprès de notre boutique (avec 5% de remise, net de frais de port, paiement sécurisé)

 Boutique ODS

Bientôt disponible sur Amazon et Atelier Empreinte.




vendredi 27 décembre 2013

RENDEZ VOUS AVEC YVES LIGNON

La science face à l'étrange




conférence

Yves Lignon, un spécialiste du paranormal. /Photo DDM
Yves Lignon, un spécialiste du paranormal. /Photo DDM
Vous vous intéressez au paranormal ? Alors ne manquez pas la rencontre avec Yves Lignon, le samedi 25 janvier à 16 heures, salle du Sénéchal, rue de Rémusat à Toulouse. L’association «Les Amis de Teddy» (http://www.lesamisdeteddy.fr) propose une conférence - débat sur le thème «Quand la science rencontre l’étrange», animée par Yves Lignon, maître de conférences honoraire de mathématiques, à l’université de Toulouse-Le Mirail. Ce rendez-vous est organisé pour contribuer au financement de l’opération de chirurgie cardiaque que doit subir Caroline K., institutrice à Baré-Bakem (Cameroun). Bien connu pour ses livres et ses interventions dans les médias, Yves Lignon est un spécialiste de l’étude des phénomènes dits paranormaux. À partir d’exemples célèbres ou tirés de ses propres enquêtes, il montrera comment l’étude rigoureusement scientifique de ces phénomènes - connus depuis l’Antiquité - conduit aujourd’hui à de nouvelles hypothèses sur la nature de la conscience humaine.

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : WUNDERWAFFEN, Nolane & Maza






J’ai beaucoup de mal à lire les « BD séries », ayant généralement oublié ce que racontait le tome I en ouvrant le tome II. Aussi ai-je entassé les quatre premiers volumes des Wunderwaffen [1] de l’ami Nolane, accompagné au crayon par le talentueux Maza, pour entreprendre une dégustation conséquente. Et la série n’est pas terminée ! Tant mieux, car cette uchronie est un véritable régal. Le débarquement allié de 1944 a échoué, et la guerre se poursuit. Ce qui permet à l’Allemagne de mettre en service ses redoutables armes secrètes et de s’assurer la maîtrise des airs. Une trame assez simple, mais qui ravira l’amateur par le nombre de clins d’œil qui truffent le récit. L’une des gloires de l’aviation allemande n’est autre qu’un certain Murnau ! Mais le plus drôle n’est autre que Jacques Bergier qui, malgré un premier passage en camp de concentration, reprend du service, truffé de gadgets pour aller percer les secrets du « Nouvel Auschwitz ». Clins d’oeil aussi dans les excellents dossiers documentaires qui terminent chaque volume, comme Himmler est-il le maître occulte du Reich ? ou encore L’Ahnenerbe, le bureau nazi du paranormal. On attend avec impatience la rencontre avec le Professeur von Töplitz de l’Université de Nouvelle Souabe !


[1] Le Pilote du Diable, Soleil 2012
Aux Portes de l’Enfer, Soleil 2013
Les Damnés du Reich, Soleil 2013
La Main Gauche du Führer, Soleil 2013

LES CHRONIQUES D'EL BIB : LE MARCHAND DE LIVRES MAUDITS, Marcello Simoni





Avec un pareil titre, Le Marchand de Livres Maudits (Marcello Simoni, Michel Lafon, 2013), je m’attendais à une dégustation de choix. D’autant plus que le bandeau indique : « Numéro 1 en Italie ; grand prix des libraires ». Et c’est vrai que nous sommes en présence d’une nouvelle « bibliofiction », genre décidément très à la mode. Le héros en est cette fois L’Uter Ventorum, L’Outre des Vents, un mystérieux manuscrit donnant la méthode pour accéder au savoir angélique et donc à la connaissance ultime. Nous sommes dans une Europe Méridionale où les derniers cathares n’en finissent plus d’agonir, en compagnie d’un marchand de reliques chargé de récupérer pour le compte d’une haute autorité religieuse le fameux ouvrage. Mais ce dernier a été découpé en quatre parties, cachées sur quatre places différentes, et qu’il faudra identifier en décryptant des parchemins codés. Il s’en dégage une forte impression de déjà lu, et nous suivons notre dealer sans surprise dans une action linéaire et très téléphonée. Evidemment, pour pimenter l’aventure, il faudra combattre les « méchants » qui veulent s’emparer du trésor, méchants incarnés par une redoutable société secrète, la Sainte Vehme…
Bof !

PLANTARD REVIENT ENCORE ET TOUJOURS SUR LA COLLINE







Rennes-le-Château. Un personnage bien encombrant





| 3

polémique





La tour Magdala, symbole de la légende du trésor de l'abbé Saunières./Photo DDM archives
La tour Magdala, symbole de la légende du trésor de l'abbé Saunières./Photo DDM archives
La campagne de réhabilitation d’un personnage douteux et controversé dans l’histoire de Rennes-le-Château a mis le feu aux poudres dans ce village que l’on connaissait plus pour sa légende.
Un vent mauvais souffle sur Rennes-le-Château. Il ne s’agit pas cette fois des polémiques habituelles qui nourrissent régulièrement le débat sur le trésor supposé du fameux curé, sur fond de mystère et d’initiation ésotérique, mais de propagande ayant pour but la réhabilitation de personnes au passé douteux qui ont participé à faire de ce village posé comme un nid d’aigle sur les premiers contreforts pyrénéens, un sanctuaire de la pensée de l’extrême-droite. Dont l’incontournable Pierre Plantard, qui se présentait comme un descendant des Mérovingiens, «personnage fort antipathique, selon Yves Lignon, responsable du département de parapsychologie à l’université de Toulouse2, spécialiste de Rennes-le-Château, qui écrit «qu’il n’est pas nécessaire de passer des heures sur internet pour découvrir le passé pétainiste de cet homme allant de pair avec son antisémitisme».
Dans un livre, «Le secret dévoilé», paru en août dernier, l’auteur Christian Doumergue a allumé la mèche, selon Yves Lignon, de la campagne de blanchiment innocentant Plantard des accusations dont il est l’objet. «Que cet individu soit au centre de travaux de recherches, soit, puisqu’après tout le passage d’une affaire pour érudits locaux à un succès planétaire constitue un bel objet sociologique. Le problème se situe dans la campagne de réhabilitation de plus en plus publique de Plantard, qui, d’après ses zélateurs, ne serait pas un probable mythomane - les histoires concernant Marie-Madeleine, le sang du Christ, entre autres, sont de son cru - et un fascisant certain, mais un brillant intellectuel.»
Le sang du chercheur toulousain n’a fait qu’un tour, lorsqu’il a appris qu’une conférence était programmée à Rennes-le-Château le 18 janvier prochain, dans une salle communale demandée par l’association Terre de Redhae, avec la participation d’un orateur, Jean-Paul Bourre, «bien connu pour ses accointances avec l’extrême-droite». Un rendez-vous qui ne serait pas du goût également d’une association juive radicale qui aurait l’intention de se manifester. La dérive a pris le pas sur la légende, qu’Yvon Ligon résume ainsi : «Et ensuite quoi ? Au solstice d’été, une cérémonie wagnérienne au pied de la tour Magdala ?»

La Dépêche du Midi

A noter un incroyable déferlement de haine dans les commentaires à cet article sur le site de la Dépêche :

Déferlement de haine

Signé Le Bibliothècaire,

 Celui qui a appris sur internet qu'il était un banquier pourri, membre de l'Opus Dei, qui organisait des conférences bidon pour traînes-savates, qui manipulait le Maire de RLC.... et qui se demande s'il ne ferait pas mieux de consacrer son énergie à autre chose.  

Celui qui souhaite toujours que la Colline soit restituée à notre cher Bérenger Saunière, et à personne d'autre !


mercredi 25 décembre 2013

ALAIN FERAL RIP




On clique sur le lien ci-dessus 






"Il regardait les étoiles"

Alain Feral s'est éteint le 24 décembre à l'âge de 71 ans. Animateur du groupe "Les Enfants Terribles", c'était aussi une grande figure castelrennaise. On lui doit, entre autres, la fameuse maquette de l'église inversée de Bérenger Saunière.



 Il avait fondé, avec Sonia Moreu, la librairie Atelier Empreinte et la Galerie du Château. Il nous laisse un superbe ouvrage "La Clef du Royaume des Morts", mais aussi "le Plan de l'église de RLC" et une superbe carte des "Deux Rennes".



 Il avait écrit également de nombreuses nouvelles de science-fiction et fantastique, disséminés dans différents fanzine des seventies. Filleul de Jean Cocteau, c'était un grand artiste qui nous quitte alors qu'il avait encore plein de projets en tête.

Tu nous manques déjà, Alain.

lundi 23 décembre 2013

OCTONOVO ET LE PRIEURE DE SION



La contribution de Laurent Buchholtzer sera publiée dans le prochain numéro de Politica Hermetica. En l'attente, il nous a donné l'autorisation de publier sa conclusion :



Après avoir montré que le Prieuré de Sion n’avait, du vivant de Pierre Plantard, ni membre cotisant, ni réunion, ni aucune sorte d’activité associative, même pas sous le statut de loi 1901, Laurent Buchholtzer conclut :

Le Prieuré de Sion, en tant que société secrète, n’a aucun fondement réel dans le sens ou aucune
réalité concrète et intelligible n’a pu lui être donnée. En revanche, la paternité de ses différents
avatars littéraires peut être retracée et aboutit à des contrats éditoriaux en bonne et due forme et à
quelques procès en propriété intellectuelle ce qui prouve bien qu’il s’agit là, en réalité, d’un objet
conçu par l’esprit. L’animation d’un tel objet repose sur des mécanismes connus par ailleurs :
structure archétypale, adéquation aux attentes du public par bricolages mythographiques successifs,
mais le principal élément de son succès, comme l’ont remarqué nombre de commentateurs du Da
Vinci Code, tient au mélange constant que ses créateurs ont voulu entretenir entre domaine
imaginaire et domaine réel. Il s’agit là d’un élément fondateur : Pierre Plantard commence par
leurrer son public par l’ébauche d’un roman qui ne dit pas son nom, mais lui et ses successeurs
s’essaient en permanence à structurer un tissu sans matière pour essayer d’endosser finalement un
costume prestigieux un peu à la manière dont d’autres rêvent de victoires dans le costume de
Napoléon.

(…)

Le mythomane semble avoir un problème pour discerner le vrai du faux dans sa narration. Pour
pallier à cette situation, il se fie aux réactions de ses interlocuteurs et si ceux-ci acquiescent, le
mythomane semble se fier à eux pour en déduire que c’est vrai , se mettant donc à y croire lui-même. Pierre Plantard racontait de bien belles histoires. Et si vous mettiez à y croire, enfin, il pouvait s’en
proclamer Grand Maitre.

JEAN ROBIN BIENTOT A PARIS




Nous vous proposons de nous retrouver le samedi 1er février à Paris pour un Dîner Odésien de l’Étrange avec l'écrivain Jean Robin. Esotérisme, ufologie, apocalypse, sociétés secrètes et Rennes-le-Château seront au rendez-vous.
Il aura lieu au restaurant le Cok Ming, 39 rue de Belleville, 75019 Paris, et sera suivie d'un dîner chinois (25 € tout compris).
Cette manifestation suppose de s'inscrire soit sur facebook, soit à ods@oeildusphinx.com.

BIBLIOGRAPHIE :


René Guénon, témoin de la tradition, Paris, Guy Trédaniel, 1978 (rééd. Robert Laffont, 1978), 355 p.
Les Objets volants non identifiés ou la Grande parodie, Paris, Éditions de la Maisnie, 1979, 140 p.
Réponse de Nostradamus à Monsieur de Fontbrune, Paris, Éditions de la Maisnie, 1981, 133 p.
Rennes-le-Château. La colline envoûtée, Paris, Éditions de la Maisnie, 1982.
René Guénon. La dernière chance de l'Occident, Paris, Éditions de la Maisnie, 1983, 206 p.
Les Sociétés secrètes au rendez-vous de l'Apocalypse, Paris, Guy Trédaniel et Éd. de la Maisnie, 1985, 390 p.
Thèbes, Temples et Dieux du Nil, Robert Laffont, 1986, 138 p.
La véritable mission du Comte de Saint-Germain, Guy Trédaniel éditeur, 1986, 125 p.
Hitler, l'élu du dragon, Paris, Éditions de la Maisnie, 1987, 239 p. Texte en ligne (pdf)
Opération Orth ou l'Incroyable secret de Rennes-le-Château, Paris, Guy Trédaniel, 1989, 269 p.
Seth le dieu maudit, éditions Guy Trédaniel, 1990
Le Royaume du Graal, Paris, éditions Guy Trédaniel, 1993, 764 p.
Veilleur, où en est la nuit ? Introduction à l'Apocalypse, Paris, Guy Trédaniel, 2000, 344 p.
Imperator, Paris, Trédaniel, 2013

dimanche 22 décembre 2013

PRECISIONS POUR LE NOUVEL EON


La traditionnelle cérémonie du Nouvel Eon Odésien aura lieu le 4 janvier à 19h30 ici ; il est encore temps de s'inscrire !
GUO MIN PARIS                                                                              
39 rue de Belleville 75019 PARIS
01 42 08 88 88 

11/24h, 7/7j, 365j

LES VOEUX DE EL JICE


BUGARACH, UN AN DEJA

Il y a un an, Bugarach vivait l’apocalypse médiatique

Midi Libre
22/12/2013, 06 h 00 | Mis à jour le 22/12/2013, 08 h 29
Bugarach, décembre 2012. Trois cents journalistes couvrent... "un non-événement".
Bugarach, décembre 2012. Trois cents journalistes couvrent... "un non-événement". (E. W.) 
Le 21 décembre 2012, le village était pris d’assaut par des journalistes et des illuminés pensant échapper à la fin du monde.
Le 21 décembre 2012, Bugarach brillait sous les feux de l’actualité mondiale parce qu’il allait échapper à la fin du monde. Un an après, le minuscule village audois a repris un peu groggy sa petite vie tranquille alors que le compte à rebours de la prochaine apocalypse a déjà commencé. Sous le pâle soleil de décembre, les ruelles de Bugarach sont désertes, hormis la camionnette d’un boucher des alentours où viennent se ravitailler les habitants. Car si cette localité de 200 âmes est riche en rumeurs, elle n’a ni charcuterie, ni boulangerie et la poste n’est ouverte que le matin.
 Oriana, un “designer de soucoupes volantes
Il y a un an, des dizaines de gendarmes étaient sur le pied de guerre. Les habitants excédés étaient terrés chez eux. Plus de 300 journalistes du monde entier se filmaient les uns les autres à défaut de mettre en boîte la foule d’illuminés que craignait de voir débarquer le maire, Jean-Pierre Delord. Car le seul visionnaire présent est un gars du cru bien connu dans cette région qui ne manque pas de légendes, attire les mystiques de tous poils et où les habitants voient de temps à autre des ovnis : Oriana, un “designer de soucoupes volantes”, livre à tous les micros son interprétation de l’apocalypse, en fait une révélation qui "fait l’effet de 10 000 orgasmes d’un coup".
Un lieu sacré qui échapperait à la fin du monde
Bugarach est l’objet d’un extraordinaire tapage médiatique depuis qu’en 2010 Jean-Pierre Delord a dit sa hantise de voir débarquer des vagues d’illuminés soucieux d’échapper à la 183e apocalypse prédite depuis la chute de l’Empire romain. Bugarach et son pic majestueux, point culminant du massif des Corbières avec ses 1 231 mètres, figurent parmi les lieux sacrés qui échapperaient à la fin du monde, prétendent les prophètes de l’internet librement inspirés du calendrier maya. "Plus personne ne s’intéresse à nous, dit aujourd’hui d’une boutade Jean-Pierre Delord. J’ai mis la pression à travers les médias pour que les autorités assurent la sécurité du village et ça a marché. C’était un non-événement qui était un événement quand même. C’était une belle kermesse, on a bien rigolé."
 "Il y a eu des retombées économiques et il y en aura encore"
"Dès le 22 décembre, tout est retombé comme un soufflé, confirme le sous-préfet de Limoux, Sébastien Lanoye. Bugarach et ses alentours ont repris la petite vie calme qui est la leur, même s’il y a dans les environs des populations un peu marginales." De fait, disent les habitants, les touristes ne sont pas venus en masse voir à quoi pouvait ressembler ce village dont on avait tant parlé. Mais ils veulent y voir la patte du mauvais temps au printemps et de la crise économique. Sigrid Benard, gérante de la Maison de la randonnée fermée pour l’hiver, explique qu’en dépit du retour de sa clientèle de randonneurs et d’ésotériques qui avaient fui le bruit et la fureur, la saison a été mitigée. "Il y a eu des retombées économiques et il y en aura encore", assure le maire. Le village, qui dispose d’une centaine de lits marchands, compte sur la beauté intrinsèque de la nature, sa colonie de vautours et ses orchidées sauvages pour attirer les touristes. Et aussi sur son pech au profil inoubliable qui cacherait un “garage à ovnis”, réputé envoyer des ondes magnétiques. Patrice Étienne, gérant du relais de Bugarach (vente de souvenirs et excursions), veut rebondir avec l’écotourisme et jouer la carte de l’environnement et de l’histoire dans cette région cathare, où bon nombre recherchent encore le mystérieux magot de l’abbé Béranger Saunière, dans le village voisin de Rennes-le-Château.
L’apocalypse, c’est pour 2027
En attendant, sur internet, divers apôtres de l’apocalypse y vont déjà de leur prédiction pour la prochaine fin du monde, même si les dates invoquées varient grandement. Jean-Pierre Delord a reçu une lettre lui expliquant que tout le monde s’est trompé dans l’interprétation du calendrier maya et qu’en réalité, l’apocalypse, c’est pour 2027. Pour l’instant, un autre décompte attend le maire, élu au premier tour depuis 1977. À 70 ans, il se présente "pour la dernière fois" aux municipales sans "boule de cristal" pour en prédire l’issue.


Bugarach : La fin du monde analysée un an après son ratage

Le 18 décembre à 6h00 par B. C. | Mis à jour le 18 décembre

L'Indépendant

  • Patrice Etienne veut décortiquer les causes d'un non-événement.
    Patrice Etienne veut décortiquer les causes d'un non-événement.(Photo par Photo Guillaume)

Une rumeur sur le net, des articles relayés dans la presse et la mayonnaise a pris à travers la planète. Pourquoi ? Réponse(s) ce week-end.
Le week-end des 21 et 22 décembre 2013 sera plus tranquille que la journée du vendredi 21 décembre 2012, date d'une pseudo-fin du monde. Au lieu de l'apocalypse, c'est à son décryptage que Patrice Étienne invitera le public. Il tient le Relais du Bugarach (à Bugarach), un commerce spécialisé dans la vente des produits du terroir. "Je vais organiser quelques petites conférences et débats publics, de même que des projections afin de tenter de comprendre la genèse de cette affaire, et son déroulement", confie-t-il.
Ce projet lui tient à cœur. D'autant plus que dans le passé, Patrice Etienne a travaillé dans la communication (en Belgique et à Paris). "Rappelons que suite à une rumeur sur internet, relayée dès 2010 par la presse, Bugarach fut au centre d'une couverture médiatique jamais obtenue pour un petit village inconnu du sud de la France !" Et un an après le buzz, il voudrait comprendre et analyser les causes. "Depuis plus d'un an, je note qu'on assimile Bugarach à un village d'illuminés, de farfelus : il faut casser cette image. Je ne plaisante pas. Récemment, des touristes m'ont confié qu'à Estagel, dans un magasin, ils avaient demandé leur route afin de se rendre à Bugarach. Il paraît que le commerçant a interdit à sa vendeuse de les renseigner, en disant 'Non, non, on ne connaît pas Bugarach !''..."
  • Développement touristique
Mais le week-end de réflexion programmé ces 21 et 22 décembre a aussi un autre objectif : lancer des idées pour développer l'écotourisme. Là, les pistes sont nombreuses, tant la région est riche en histoire, contes et légendes, botanique, géologie, sports de nature (spéléologie, kayak, équitation, VTT...). "Ici, on a un site fantastique. Mettre en place un projet d'écotourisme serait donc pertinent. J'ai noté que les gens qui viennent à Bugarach habitent à l'intérieur d'un triangle régional compris entre Montpellier, Barcelone et Toulouse. Il y a même des jeunes qui veulent s'installer. Mais pour cela, il faut attendre que les prix de l'immobilier baissent. En tout cas, il y a de quoi faire. Et les gens qui venaient ici pour se ressourcer, s'adonner à des activités, n'hésitent plus à revenir : en 2012, on ne le voyait plus à cause de la médiatisation du village. Ça les énervait". Si les gens normaux reviennent, c'est déjà ça.
Retrouvez ici tous les articles, reportages et vidéo que l'Indépendant a consacré à cette "affaire" de fin du monde. 

vendredi 20 décembre 2013

LE PROCOPE, Paris




06 – Restaurant le Procope (13 rue de l’Ancienne Comédie, 75006 Paris, tél 01 40 46 79 00 ; www.procope.com). C’est un peu ici le temple des Membres du Cercle Intime de l’ODS, mariant de magnifiques bibliothèques lambrissées avec une cuisine d’exception. Rendez-vous des éditeurs, écrivains, journaliste depuis… 1686. Et la carte propose toujours les plats qui ont traversé les siècles et régalés les Encyclopédistes ou Napoléon : les spécialités ont pour nom : coq au vin « Ivre de Juliénas », tête de veau en cocotte comme en 1686, merlan « Colbert » sauce tartare… Respect !

LES FONTAINES SAINT HONORE, Paris




01 – Les Fontaines Saint Honoré (200 rue Saint Honoré, 75001 Paris, tél 01 42 61 46 65, www.fontaines-saint-honore.com). Encore une belle brasserie parisienne qui traverse les décades avec élégance. Deux menus à prix raisonnables, avec de belles assiettes : pâté en croûte, oeufs en meurette au foie gras, succulente assiette du chevillard charolais ou civet de lièvre. C’est du bon avant d’aller rendre visite à La Librairie du Graal à deux pas !

POURQUOI PAS, Paris





20 – Pourquoi pas (17 rue de Bagnolet, 75020 Paris, tél 01 43 71 18 67). Encore une belle adresse dans cette rue de Bagnolet qui décidément gâte les gourmets. Ici, un mini bistrot, mixte de routier et de resto du terroir. 





Fruits de mer, magnifiques Saint Jacques, escargots au fromage, somptueuse entrecôte de Salers à la crème de morilles. 



Beau choix de sorbets « arrosés ». Attention, c’est bondé à midi.

jeudi 19 décembre 2013

LOU TIAP, Paris





20 – Lou Tiap (mêmes coordonnées). Martine (cf infra) a pris une retraite bien méritée et son excellent restaurant est devenu le « Lou Tiap ». Le décor a été rajeuni, fini les toiles cirées à petits carrés rouges. Mais la cuisine reste robuste à des prix tout à fait raisonnables : la carte propose la rémoulade de bulots aux noix, la crème brulée au foie gras, la côte de carré noir de Bigorre, le cassoulet toulousain, et pour le dessert, la mousse au chocolat, ou la croustade pomme-coing. Lors de mon passage, le plat du jour était un fabuleux civet de lièvre à la royale.
Chez Nous (81 rue de Bagnolet, 75020 Paris, tél 01 43 70 77 93). On traverse une première pièce-bar au look sympathique pour pénétrer dans la salle à manger où règne, en maîtresse absolue, Martine. Le temps s’est arrêté ici dans les années 50, au plus grand bonheur des habitués d’âge mûr et adeptes du rond de serviette. Le menu est d’un prix ridicule pour des plats à l’ancienne souvent colossaux. Comme ce pigeon rôti ou encore cette tête de veau avec tous ses attributs (langue, cervelle). Et attention, il ne faut pas bousculer Martine…

LA VALLEE INFERNALE FÊTE SES 60 ANS ; bon anniversaire, Bob Morane



C'était le premier Bob Morane. Un petit cadeau pour cet anniversaire, une page entière du Monde du 7 décembre 2007.

Je vous recommande chaudement les deux études citées dans cet article :


Il faut bien sûr ajouter à cela l'excellente autobiographie de Henri Vernes :

Les Mémoires d'Henri Vernes

16 JANVIER, NOTRE PROCHAIN DINER-DEBAT DU RAZES







Notre prochain dîner débat aura lieu le jeudi 16 janvier 2014 à 18 heures au Plan B, place de la gare à Espéraza.

18 h : Véronique Campion Vincent : "Brother Philip et Sister Thedra. Extraterrestres, Apocalypses, Théosophie & Montagnes Sacrées".
19h45 : dîner
21 h : Yves Lignon : "Les expériences de mort rapprochée (NDE)"

Repas à 25 € tout compris.

Réservation obligatoire.

On s'inscrit, soit sur facebook, soit à philippe.marlin@gmail.com

06 11 72 38 06

Une manifestation de l'association Oeil du Sphinx et des librairies Atelier Empreinte et Mutus Liber.

mardi 17 décembre 2013

LA MAISON GISCARD EN DECEMBRE


LE FLEUVE ROUGE, Paris




19 - Le Fleuve Rouge (1 rue Pradier, 75019 Paris, tél 01 42 06 25 04). L’ODS a longtemps fréquenté cette adresse dont je disais, en 2000 : un étonnant bistrot qui n'hésite pas à concilier cuisine chinoise et cuisine française, vous faisant zapper des rouleaux de printemps aux rognons sauce madère……Les quantités sont kolossales (pour travailleurs de force) et les prix ridiculement bas. A essayer en fin de mois, lorsque les finances sont à plat, en cas de grosse dalle ou just for the fun !
Nous avions délaissé ce restaurant dont la qualité s’était fortement dégradée. Un contrôle qualité de décembre 2013 nous a fait revoir notre copie. L’équipe a changé et le bistrot a été repris en mains par un couple asiatique formé au Lao Siam.  C’est désormais une belle cantine vietnamo-thaï, avec différentes sortes de phô, un bobun délicieux, un porc au caramel bien crémeux et un colossal plat de travers de porc au sel et à l’ail. C’est frais, généreux, d’un prix ridicule. Attention, c’est souvent bondé le midi.

lundi 16 décembre 2013

SOUVENIR DU FESTIVAL SACRE DE SEVRES


LE PATIENT ETAIT IMPATIENT


Extrait du catalogue des Éditions du Patient Résident :

- L'EXPEDITION MAUDITE, reédition de LA MALEDICTION DE NEPHREM-KA(Ed. Oeil du Sphinx), Collection : Le cycle Sherlock Holmes. Une intrigue passionnante qui mêle les mystères de l'Egypte antique, la science avec ses vertus et ses débordements, le crime mais surtout les incroyables facultés de Sherlock Holmes. Sophie Carrillo. 
Cet excellent pastiche est passé complètement inaperçu pour une majorité de férus du détective que nous sommes et cela aurait été un crime sans précédent que nous aurions commis si nous n'avions pas réabilité cette perle. 
C'est le meilleur texte holmesien de Sophie et peut-être l'un des pastiches les plus réussi dans le genre.
Disponible














Et voilà ce qui s'appelle manquer de courtoisie. De la part de l'auteur qui transfère son ouvrage de l'ODS au Patient Résident alors que cet ouvrage est toujours disponible et qu'il marche bien. De la part du nouvel éditeur qui justifie cette entorse au savoir-vivre le plus élémentaire en tirant prétexte que cet ouvrage est passé tout à fait inaperçu. Lire bien sûr que nous avons mal fait notre travail. Les nombreux lovecraftiens de l'ODS seront ravis.

Inutile de dire que j'ai appris cette réédition impatiente tout à fait par hasard.

Le Patient Résident a encore beaucoup à apprendre sur les moeurs éditoriales !

INGO SWANN CHEZ BOB



Ingo Swann sera évoqué ce soir chez "Bob vous dit toute la vérité" par Claude Arz.

EN ROUTE POUR LE NOUVEL EON 2014




Le Nouvel Eon, c’est le Samedi 4 janvier à Paris

Nous nous retrouverons comme à chaque début d’année le Samedi 4 Janvier pour fêter l’entrée dans le nouvel Eon. Rendez-vous à 19h30 dans un restaurant dont je vous donnerai les coordonnées lorsque j’aurai une idée du nombre de participants. Cette soirée est ouverte à toutes et à tous, sauf à nos amis extraterrestres pour des raisons évidentes de sécurité. On y vient seul ou accompagné.
Philippe Curval, grand écrivain de SF française, sera des nôtres pour dédicacer son nouvel ouvrage, publié chez EODS, Histoires de Lire, un magnifique retour sur son œuvre.
On se manifeste au plus vitre pour réserver sa place :
06 11 72 38 06

vendredi 13 décembre 2013

L'ART ETRANGE DE CLARK ASHTON SMITH DE DAVID DUNAIS CHEZ EODS

L’Art Étrange de Clark Ashton Smith

Vient de paraître

L’Art Étrange de Clark Ashton Smith 

L’Art Étrange de Clark Ashton Smith

A la suite du recueil de textes poétiques de Clark Ashton Smith traduits par Jean Hautepierre et paru l’an dernier aux Editions de l’Oeil du Sphinx, voici une étude très complète de deux thématiques majeures dans l’oeuvre de Smith : son fameux poème épique intitulé Le Mangeur de Haschisch, ou l’Apocalypse du Mal, et la traduction d’une sélection de poèmes de Baudelaire en Anglais.
9791091506113
ARTET

A la suite du recueil de textes poétiques de Clark Ashton Smith traduits par Jean Hautepierre et paru l’an dernier aux Editions de l’Oeil du Sphinx, voici une étude très complète de deux thématiques majeures dans l’oeuvre de Smith : son fameux poème épique intitulé Le Mangeur de Haschisch, ou l’Apocalypse du Mal, et la traduction d’une sélection de poèmes de Baudelaire en Anglais. Ce travail minutieux effectué par David Dunais ouvre un horizon encore vierge sur l’oeuvre de ce Maître de l’Imaginaire que fut Clark Ashton Smith, avec un exposé du contexte littéraire et thématique, des études prosodiques et des pistes novatrices sur l’impact de cette oeuvre sur les littératures de l’imaginaire contemporaines.
Postface d’Emmanuel Thibault.

David Dunais est un spécialiste de la littérature fantastique et grand passionné de Clark Ashton Smith, dont il a traduit plusieurs textes encore inédits en français, certains à paraître à EODS. Il est aussi le créateur et webmaster du site l’Index Fantastique (www.indexfantastique.fr) qui est une encyclopédie en ligne entièrement dédiée aux littératures de l’imaginaire.
254 Pages

Sommaire :
- Préface, par D. Sydney-Fryer
- Introduction
Première Partie : L’Art Étrange de Clark Ashton Smith
- L’Art Étrange de Clark Ashton Smith
Deuxième Partie : Le Mangeur de Haschisch
- Le Mangeur de Haschisch, ou l’Apocalypse du Mal (traduction de Jean Hautepierre)
- The Hashish-Eater, étude prosodique
- Le Hashish-Eater, un héritage romantique
Troisième Partie : Clark Ashton Smith traduit Baudelaire
- La traduction, forgeriez poétique
- Prosodie des traductions de Baudelaire par Clark Ashton Smith
- Triste Thuriféraire, un tombeau de Baudelaire
- Sept traductions de Baudelaire par Clark Ashton Smith :
- Alchimie de la douleur
- L’Aube Spirituelle
- La Béatrice
- Brumes et pluies
- Chant d’automne
- Les deux bonnes soeurs
- Les métamorphoses du vampire
Postface : L’option fantastique chez Clark Ashton Smith, une liberté libérante, par Emmanuel Thibault

LE KARDINAL, BRESILIEN POUR SON ANNIVERSAIRE

L'interview sera diffusée cette semaine: dimanche à 18 heures sur http://radioalto.info/
et bientôt vous pourrez la télécharger sur http://www.telechargement.radioalto.info/index.php?c=Defaut&a=listeEmission&typEmission=1






Entretien avec Jean-Luc Rivera, un passionné et un érudit de tous les genres de

l’Imaginaire. Organisateur du Festival de Sèvres, conférencier et membre du jury du Grand

Prix de l’Imaginaire, il nous fait partager des informations sur les OVNIS qui ont atterri au

Brésil et nous dit aussi que les ufologues brésiliens comptent dans leurs rangs certains

des meilleurs enquêteurs qui soient et si l'un d'eux veut prendre la plume pour exposer des

cas dans un volume de "La Gazette fortéenne", il est plus que bienvenu !



MIJOTONS LE CURVAL

                             Éditions de l'Oeil du Sphinx, 36.42 rue de la Villette, 75019 Paris.